100329: L'emploi du mot père pour désigner un uléma, un éducateur ou un homme très âgé


L'usage du mot père pour désigner un uléma revient il à imiter les chrétiens arabes qui appellent les prêtres pères et les non arabes qui donnent le titre de Pape à leur autorité religieuses supérieure?

Louanges à Allah

Il n' y aucun inconvénient à utiliser  le mot père en s'adressant à un  uléma ou un homme très âgé puisqu'il s'agit de les assimiler au père biologique dans le respect et l'égard qui lui sont dus et non dans la filiation.

Abou Dawoud (8), An-Nassai (40) et Ibn Madjah (313) ont rapporté d'après Abou Hourayrah (P.A.a) que le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit « Je suis pour vous comme un père; je vous instruits.» hadith jugé bon par al-Albani dans Sahih Abou Dawoud.

On trouve dans le Coran l'emploi du terme père  pour désigner quelqu'un qui n'est pas le père biologique. C'est dans les propos du Très haut: «Etiez-vous témoins quand la mort se présenta à Jacob et qu'il dit à ses fils: "Qu'adorerez-vous après moi?" - Ils répondirent: "Nous adorerons ta divinité et la divinité de tes pères, Abraham, Ismaël et Isaac, Divinité Unique et à laquelle nous sommes Soumis.» (Coran,2:133). Ismail fait partie de ses oncles paternels non de ses ascendants.

On trouve dans les fatwas d'ibn Salah (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) (1/186): «Est il permis selon le livre saint et le hadith authentique l'emploi du mot père pour désigner un autre que le père biologique?» Voici la réponse d'ibn Salah (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde): «Allah le Très Haut et Béni a dit: «Etiez-vous témoins quand la mort se présenta à Jacob et qu'il dit à ses fils: "Qu'adorerez-vous après moi?" - Ils répondirent: "Nous adorerons ta divinité et la divinité de tes pères, Abraham, Ismaël et Isaac, Divinité Unique et à laquelle nous sommes Soumis.» (Coran,2:133) Or Ismail fait partie de ses oncles paternels non de ses ascendants. Le Transcendant et Très haut dit : «Il installa ses père et mère sur le trône.» Or la mère de Josèphe était déjà décédée. Par mère on entend désigner sa tante maternelle. L'emploi de père et mère pour désigner quelqu'un qui ne l'est pas en réalité relève d'un style allégorique bien courant en langue arabe.

Appliquer cela au Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui), à un uléma ou à un cheikh est acceptable aussi bien du point de vue linguistique que du point de vue religieux. A ce propos Allah le Transcendant et Très haut a dit: «Muhammad n'est le père d'aucun de vos hommes» alors que le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) dit dans un  hadith  vérifié: « Je suis pour vous comme un père; je vous instruits.»

Des ulémas soutiennent qu'on ne dit pas que le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) est le père des croyants, même si on peut dire de ses épouses qu'elles sont les mères de croyants, vu le hadith précédent. Dès lors on peut dire qu'il est comme un père ou qu'il tient lieu pour nous de père mais on ne dit pas qu'il est notre père. D'autres ulémas ont autorisé l'emploi de l'expression. La question fait l'objet d'une vaste recherche pour les chercheurs. Il vaut mieux se prononcer avec prudence…» Extrait remanié.

Chaffi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a précisé qu'il est permis de dire que le Prophète est un père pour les croyants vu le respect qui lui est dû . Quant à la parole du très haut: «Muhammad n'est le père d'aucun de vos hommes» elle renvoie à la filiation biologique.

Il n'y a aucun inconvénient à employer le mot père pour désigner le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui). Le fait que les Chrétiens emploient le mot n'y change rien puisqu'on interdit de s'assimiler à eux dans leurs spécificités. Quant à cet usage, il relève de ce qui est commun aux arabes et aux non arabes et qui prévalait avant même l'apparition des Chrétiens comme le prouvent les propos du Très haut sur Ibrahim: « Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion celle de votre père Abraham» (Coran,22:78). Allah Très Haut l'a appelé ici le père des croyants.

Al-Qourtoubi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit dans son Tafsir (12/91): «Abraham est le père de tous les Arabes. On dit aussi que la parole (votre père) est adressée à tous les musulmans, même s'ils ne descendent pas tous de lui car le respect que les musulmans doivent à Abraham est comme celui que le fis doit à son  père.»

Les gens ont toujours employé cette expression dans leurs discours. Ils appellent pères l'uléma, l'éducateur et l'homme âgé. Ceux-là disent au moins âgé qu'eux: fiston et d'autres appellations.

An-Nawawi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a consacré un chapitre de son livre à la question et l'a intitulé: chapitre sur la permission, voire la recommandation d'appeler fils quelqu'un qui n'est pas son fils biologique

Le statut de fils est comme celui de père car l'usage traduit l'affection et la tendresse. C'est une pratique courante, fût elle employée par les prêtres avec leurs fidèles car cela ne leur est pas réservé, comme il est déjà dit.

Cheikh Abdourrahman al-Barak (Puisse Allah le préserver) a été interrogé en ces termes: «il est répandu actuellement une pratique qui consiste à employer le mot père pour désigner les ulémas et les hommes importants en raison de leur âge, de leur savoir ou de leur rang..Cette pratique est elle permises quand on sait que les Chrétiens l'appliquent au Pape et à leurs hommes jugés  grands pour leur savoir et leurs rangs?»

Il n' a été reçu ni du Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) ni de ses compagnons ni de leurs successeurs ni des ancêtres pieux l'emploi du mot père pour désigner un uléma. Si quelqu'un méritait d'être appelé père, ce serait le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui). Or notre Maître a dit à son propos: «Muhammad n'est le père d'aucun de vos hommes mais il est le messager d'Allah et le sceau des prophètes.» Voici sa réponse: «Louanges à Allah. Nous ne sachions pas qu'un quelconque des ulémas  soit surnommé père. Cependant il est courant dans certaines sociétés d'appeler l'homme âgé père, qu'il soit uléma ou pas. On s'adresse à lui en disant: mon père ou père . On utilise le mot encore en parlant d'un tel homme. Cela ne donne au mot l'acception qu'il revêt chez les Chrétiens. Car ceux-ci le réservent à leurs grands dirigeants religieux.

Quant à vos propos selon lesquels le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) en dépit de son importance et de son mérite et l'immense droit qu'il a sur les membres de sa communauté n'est pas un père (pour eux) vu la parole du Très Haut: « Muhammad n'est le père d'aucun de vos hommes» (Coran,33:40) La filiation écartée ici est le lien biologique. Quant à celle qui traduit le respect et la vénération, elle lui est reconnue comme l'indiquent cette lecture: «Le Prophète a plus de droits sur les croyants qu'eux-mêmes: ses femmes sont leurs mères et lui leur père.» (Coran,33:6). La paternité et la maternité en question ici symbolisent respect et égard. C'est dans ce sens que le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Je suis pour vous comme un père» Il est même bien plus important car son droit sur les membres de sa communauté est bien plus important que ceux de leurs pères et mères  et les autres d'après ses propos du Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) «Nul ne croira vraiment aussi long temps qu'il n'aimera pas plus que ses enfants, son père et tous les gens.» (Rapporté par al-Bokhari, 14 et par Mouslim,44) Allah le sait mieux.

En somme, il n' y a aucun inconvénient  à utiliser le mot père en s'adressant à un uléma ou un grand cheikh, et cela ne revient pas à imiter les Chrétiens.

Allah le sait mieux.

Islam Q&A
Create Comments