Fri 25 Jm2 1435 - 25 April 2014
120234

Doit on les laisser jouer au belote pour les empêcher de fréquenter les discothèques et cabarets?

Nous sommes vos frères en religion . Nous recevons un traitement médical en Amérique. Nous résidons dans un complexe résidentiel qui accueille près de 20 familles. Il n' y a pas de mosquée dans le complexe. Un bienfaiteur a loué un appartement pour un an afin d'en faire un lieu de prière et de réunion où les frères se retrouvent et reçoivent des cours. Après la dernière prière de la soirée, certains frères- puisse Allah les guider- se mettent à jouer au belote sur place. Un frère leur a expliqué que le jeu est interdit et l'est davantage dans une mosquée. Un frère rétorque que s'ils ne pratiquaient pas ce jeu, ils auraient un temps d'oisiveté qu'ils risqueraient de passer dans des discothèques ou cabarets ou night clubs où règne la nudité. En plus, certains des joueurs assistent à la prière de l'aube.. Nous espérons que votre éminence nous dira ce qu'il en est de la permission de la pratique de ce jeu dans un endroit loué dans les conditions déjà décrites. Est il permis de jouer dans un lieu de prière réservé à cet effet, à la réunion et au rappel d'Allah? Est il permis de s'asseoir avec eux quand ils jouent ou faut il s'écarter d'eux?

Louanges à Allah

«Je pense qu'il n'est pas permis de jouer dans cet endroit destiné à la prière par le bienfaiteur qui l'a loué. Nul doute que ce genre de jeu est inutile. Il entraîne la perte d'un temps précieux qui devrait être employé dans la recherche du savoir utile, dans le rappel d'Allah, dans l'invocation, dans la pratique cultuelle et dans le travail licite. Si toutefois on sait que ce jeu les empêche de se livrer à des activités pires telles la fréquentation des théâtres et autres lieux on l'on dance , chante et regarde des femmes nues ou des films pornographiques et des images qui véhiculent la tentation, il leur est permis dans ce cas de pratiquer un jeu qui les détourne des péchés et maux ainsi que des causes de tentation car , entre deux maux, il faut préférer le moindre. Cependant, ils ne doivent pas jouer dans le lieu de prière et de rappel d'Allah. Il faut qu'ils retournent dans leur domicile ou se rendent à un lieu propice au jeu en question tels les clubs, les parcs d'attraction et consorts. Allah le sait mieux.»

Cheikh Abdour Rahman ibn Abdoullah ibn Djabrine
Create Comments