Wed 23 Jm2 1435 - 23 April 2014
171235

Elle n'est pas en mesure de rattraper le jeûne qu'elle a raté en raison de sa faiblesse

Je suis âgée de 24 ans. Je dois rattraper le jeûne de nombreux jours du Ramadan. Il s'agit de journées au cours desquelles je n'observais pas le jeûne. En d'autres termes, il m'arrivait de rester 8 jours sans jeûner entre l'âge de 12 à 24 ans. J'avais souvent juré au nom d'Allah de ne me plus comporter de cette manière. Pourtant je ne jeûnais pas. Je suis faible et le jeûne me fatigue. Je veux bien jeûner le Ramadan. Mais je n sais pas comment faire avec les jours à rattraper. Je suis désœuvrée et je ne possède pas un revenu financier me permettant de nourrir des pauvres. C'est ma famille qui me prend en charge. Je souhaite bénéficier de votre assistance. Je crois avoir recensé plus de 100 jours de jeûne ratés en plus du Ramadan présent ce qu'il me serait difficile de rattraper, vu mon état de santé.

Louanges à Allah

Premièrement, chère sœur, sachez qu'Allah le Tout-Puissant et Majestueux a prescrit le jeûne du Ramadan à ses fidèles serviteurs en disant: «Ô les croyants! On vous a prescrit as-Siyam comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété» (Coran,2: 183). Il a interdit de s'en abstenir sauf en présence d'une excuse légale comme la maladie, le voyage et les règles. Il dit à ce propos: «Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours. - Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous» (Coran,2:185).

Deuxièmement, votre question n'explique pas l'excuse  qui a justifié votre abandon du jeûne du Ramadan. Deux cas de figure se présentent pour vous:

 Selon le premier vous aviez agi sur la base d'une excuse légale comme la maladie, le voyage et les règles ou d'autres excuses légales dont Allah a fait des raisons de ne pas jeûner. Dans ce cas, vous n'encourez rien pour vous avoir abstenu de jeûner  puisque vous avez agi sur la base d'une excuse légale. Cependant, vous auriez dû rattraper les  jours que vous avez ratés avant l'avènement d'un autre Ramadan. Ce qu'il faut faire maintenant c'est de vous repentir de ce que vous avez fait et de procéder au rattrapage des jours en question.

Vous n'êtes tenue de le faire successivement. Vous pouvez les répartir de manière à éviter que le jeûne vous soit pénible. De même, vous êtes tenue de nourrir des pauvres pour chaque jour à cause du retardement du rattrapage des jours jusqu'à l'avènement d'autres Ramadan. Si vous ne possédez aucun bien vous permettant de fournir de la nourriture aux pauvres ou de procéder à un acte expiatoire, vous êtes quitte.

Selon le second cas, vous aviez agi sans aucune excuse légale mais par négligence et par insouciance. Celui qui s'abstient délibérément de jeûner pendant une journée du Ramadan se trouve dans l'un de ces deux cas. Le premier consiste à s'abstenir complètement de jeûner un jour ou plus du Ramadan. Celui qui agit ainsi commet un péché à cause de sa non observance du jeûne. Il n'est pas tenu de rattraper le jeûne non observé selon certains ulémas.

En effet, quand on retarde sans excuses l'accomplissement d'actes cultuels à faire dans un laps de temps déterminés, Allah le Puissant et Majestueux ne les acceptera plus de l'intéressé et il est inutile pour lui de les rattraper. Il doit cependant se repentir d'avoir outrepassé les limites tracées par Allah le Transcendant et Très haut. Son repentir doit être sincère et marqué par la multiplication des bonnes œuvres .

Le deuxième cas est celui d'une personne qui commence le jeûne d'une journée du Ramadan puis déjeune délibérément sans excuse. Celui-là doit se repentir auprès d'Allah et procéder au rattrapage du jeûne de la journée non jeûnée.

Cheikh Ibn Outhaymine (puisse Allah Très haut lui accorder Sa miséricorde) a été interrogé à propos de la non observance du jeûne d'une journée du Ramadan sans excuse.. Voici sa réponse: «La non observance du jeûne de la journée du Ramadan qui ne repose sur une excuse constitue l'un des plus grands péchés. Elle fait de son auteur un dévoyé. Il doit se repentir devant Allah et procéder au rattrapage  du jeûne de la journée concernée.

Cela signifie que le fait pour lui de commencer le jeûne et d'y mettre fin ensuite sans excuse l'entraîne dans le péché. Aussi faut il qu'il rattrape le jeûne de la journée puisque  le fait de s'y être engagé à observer le jeûne considéré comme obligatoire engage l'intéressé à rattraper ce qui n'a pas été fait , à l'instar de ce qui fait l'objet d'un vœu.»

Si l'intéressé s'était abstenu du jeûne dès le début, sans excuse, l'avis le mieux argumenté veut qu'il ne soit pas tenu de rattraper le jeûne de la journée concernée car un tel rattrapage ne servirait à rien puisqu'il ne serait pas agrée. Une règle jurisprudentielle enseigne que le retardement non excusable  de l'accomplissement d'un acte cultuel lié à un laps de temps déterminé entraîne sa non acceptation de la part de son auteur en vertu de la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui): «quiconque accomplit un acte non conforme à notre ordre le verra rejeté.» Et parce qu'un tel comportement constitue une transgression des limites établies par Allah le Puissant et Majestueux. Or une telle transgression est injuste et les actes de l'injuste ne seront pas agrées. Allah Très haut dit: «Ceux qui transgressent les limites établies par Allah, les voilà les injustes.» S'y ajoute que si l'intéressé avait anticipé l'acte cultuel en question par rapport à son temps, il ne serait pas agrée. Il en est de même de son accomplissement après l'écoulement de son temps, à moins qu'on ait une excuse.» Extrait de madjmou' fatawa Cheikh Ibn Outhaymine (19 question n° 45).

Troisièmement, quand une personne se trouve incapable de rattraper le jeûne non observé en raison de la pérennité de son empêchement comme dans le cas d'une maladie jugée incurable, elle est tenue de nourrir un pauvre pour chaque journée non jeûnée.

Cheikh Muhammad ibn Salih al-Outhaymine (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a été interrogé sur le cas d'une femme qui n'a pas observé le jeûne du Ramadan à cause de son accouchement et qui, en plus , n'a pas rattrapé le jeûne du mois concerné car elle est restée long temps incapable de jeûner..Comment juger son cas?

Voici sa réponse: «Cette femme doit se repentir devant Allah pour ce qu'elle a fait car il n'est permis à personne de retarder le rattrapage du jeûne du Ramadan jusqu'à l'arrivée d'un autre Ramadan en l'absence d'une excuse légale. L'intéressée doit se repentir. Ensuite, si elle est en mesure de jeûner périodiquement, qu'elle le fasse. Si elle ne le peut pas, on doit voir : si c'est dû à un empêchement  pérenne, elle nourrit chaque jour un pauvre. Si l'empêchement est passager parce que pouvant être éradiqué, on attend sa disparition après quoi elle rattrape le jeûne dû.» (19/ réponse à la question n° 361).

Quatrièmement, le musulman doit exécuter ses serments et s'abstenir du fréquent recours au serment. Le Très haut dit à ce propos: «honorez vos serments.» (Coran,5:89). En cas de parjure, on doit procéder à un acte expiatoire conformément à la parole du Très haut: «Allah ne vous sanctionne pas pour la frivolité dans vos serments, mais Il vous sanctionne pour les serments que vous avez l'intention d'exécuter. L'expiation en sera de nourrir dix pauvres, de ce dont vous nourrissez normalement vos familles, ou de les habiller, ou de libérer un esclave. Quiconque n'en trouve pas les moyens devra jeûner trois jours. Voilà l'expiation pour vos serments, lorsque vous avez juré. Et tenez à vos serments, Ainsi Allah vous explique Ses versets, afin que vous soyez reconnaissants.» (Coran,5:89).

L'expiation consistant à jeûner n'est acceptable que de la part de celui qui n'a pas de quoi nourrir dix pauvres ou affranchir un esclave. Voir la réponse donnée à la question n° 40676 pour connaître les modalités détaillées de l'expiation du parjure.

Cinquièmement, en cas d'incapacité d'effectuer l'acte expiatoire comme le cas de celui qui ne peut pas rattraper les jours non jeûnés du Ramadan ni offrir la nourriture de substitution et le cas de celui qui se trouve totalement incapable de procéder à l'expiation prévue en cas de parjure, ceux-là sont dispensés de l'offre de nourriture et de l'acte expiatoire, en vertu de la règle religieuse selon laquelle les obligations s'annulent d'elles mêmes en cas d'incapacité.

Cheikh Ibn Outhaymine (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «si un homme est tenu d'effectuer l'expiation d'un parjure et s'il ne trouve pas une nourriture à offrir à un pauvre et n'est pas capable de jeûner, il est dispensé de tout cela, compte tenu de la parole du Très haut: «Craignez Allah dans la mesure du possible» et sa parole: «Allah n'impose à personne ce qui dépasse ses capacités» et la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui): «quand je vous donne un ordre, exécutez le dans la mesure du possible.»

Le fidèle qui se trouve dans cette situation est quitte car il est bien établi que les devoirs s'effacent en cas d'incapacité et on doit les remplacer par des substitutions quand celles-ci existent ou par d'autres choses en l'absences de substitutions. Quand l'exécution du substitutif s'avère impossible, l'intéressé en est complètement absout.» Extrait de fatawa nouroune ala ad-darb.

Il faut attirer l'attention sur la différence entre l'incapacité réelle de jeûner et la simple crainte que le jeûne devienne pénible. L'homme n'a de compte à rendre qu'Allah en cela (la distinction des deux cas). Il doit faire preuve de la crainte d'Allah dans ce domaine et savoir qu'Allah le Puissant et Majestueux connait parfaitement ce qui se passe dans son fort intérieur donc la vérité en ce qui le concerne. Il sait s'il est réellement incapable ou s'il affiche l'incapacité pour en faire un prétexte afin de se soustraire au devoir qu'Allah lui fait de procéder à un acte expiatoire. A ce propos le Très haut dit: «Que vous cachiez ce qui est dans vos poitrines ou bien vous le divulguiez, Allah le sait. Il connaît tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah est Omnipotent» (Coran,3:29).

Allah le sait mieux.

Islam Q&A
Create Comments