Mon 21 Jm2 1435 - 21 April 2014
2267

La nature de la solution islamique de la problématique de l’oisiveté

Question: Quelle est la solution islamique du problème de l’oisiveté?

Réponse:

Louange à Allah

La définition islamique du temps libre ne reconnait pas l’existence d’un temps pendant lequel l’homme est débarrassé de toute charge et de toute oeuvre utile, temps qui se déroule inutilement. Il  y a  des drois et des devoirs à observer à l’égard d’Allah et des créatures.

L’acquittement de ces droits d’une façon conforme à la charia,ouvre aux musulmans de nombreuses portes du bien qui lui attirent une énorme récompense.La charia n’entoure pas ces portes de conditions restrictives et ne les a pas rendues etroites.

L’Islam s’intéresse beaucoup à l’utilisation du temps qui reste après l’accomplissement des obligations.Celles-ci consistent dans des actions utiles et fructeueses qui aident l’homme à poursuivre son cheminement vers Allah de son éveil à son sommeil.Aussi  ne lui permettent elles pas de se retrouver dans une oisiveté ennuyeuse dont il chercherait à se débarraser par un gaspillage d’energie ou par son utilisation malorientée.Ceci ne signifie pas que l’être humain doit être engagé dans un processus exténuant.Cela n’est point l’objectif visé  par l’Islam. En effet, cette religion invite l’homme à user des bons plaisirs et à profiter de sa part de la vie d’ici-bas.Il  ne s’agit donc pas d’épuiser l’energie de l’individu.Car elle doit être partagée entre le cultuel, le rappel intérieur d’Allah, la sièste , les veillées innocentes passées en compagnie des parents et des copins, l’échange de visites, la plaisanterie entre autres formes de divertissement.

L’essentiel c’est d ’éviter que la vie d’un homme comporte un temps libre inutilisé ou investi dans la malfaisance, la corruption et les inanités.Quand l’Islam annula les fêtes antéislamiques et ses rassemblements saisonniers et son mode de vie, il ne les remplaça pas par un vide qui aurait  laissé les musulmans dans l’embarras ou les aurait obligé d’y substituer inconsciemment des pratiques inutiles.Bien au contraire, il créa immédiatement d’autres habitudes, des fêtes, des rassemblements et des modes de vie...

Avant l’Islam,les gens se réunissaient autour de plateaux de vins ou pour se livrer aux jeux de hasard ou pratiquer le culte des idôles ou pour écouter des poèmes aberrants qui n’exprimaient aucune finalité humaine.L’Islam institua des réunions cultuelles pour adorer Allah dans le cadre de la prière, pour se rappeler mutuellement le Coran et pour écouter les orientaions données par le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui).Les gens commencèrent à échanger des visites pour des raisons similaires (religieuses).Auparavant, leurs fêtes étaient célébrées dans la pagaille.Ce que l’Islam annula et remplaça par des fêtes nobles, saines et pleines de bonnes significations et de sublimes objectifs.

Quand l’Islam romput à ses débuts les liens de parenté avec les idolâtres qui le refusèrent, il y substitua une alliance entre croyants, par laquelle il remplaça les liens de parenté, et ils en tinrent réellement lieu et donnèrent aux intéressés le sentiement que cette alliance équivalait au lien de sang.La fraternité établie par le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) entre immigrés et auxiliaires était si bien assumée qu’elle entraîna le partage des biens entre les deux groupes.

  Allah le Très Haut a dit: « Ils ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que (ces immigrés), ont reçu, et qui (les) préfèrent à eux-mêmes, même s' il y a pénurie chez eux.» (Coran,59:9).La fraternité entraînait même le partage de la succession.C’est pourquoi les croyants ne resentaient plus aucun vide. » ( voir Minhadj at-Tarbiyya al-islamiyya,1/206)

Voilà pourquoi le problème de l’oisiveté ne se pose pas dans la vie islamique.Il ne peut y avoir un vide dans un coeur animé par la mention du nom d’Allah ni dans une âme asservie par Allah et occupée par le rappel et les pratiques surérogatoires accomplies après les prescriptions obligatoires, une âme occupée par la mémorisation et la récitation considérée comme un acte cultuel mené pour se rapprocher d’Allah, une âme qui s’occupe de la visite des compagnons, des amis, des malades parmi les connaissances et les amis, une âme plongée dans des moments de détente saine en compagnie de l’épouse, des enfants et des amis croyants partout.

(extrait du livre: qadaya al-lahw wa at-taraf de Madoune Rashid,63)
Create Comments