Wed 16 Jm2 1435 - 16 April 2014
2458

Les différences entre le sperme et le liquide dit madhy

Souvent, quand je me réveille, je remarque que mes habits sont mouillés. Je vous prie de ne pas considérer cela comme un rêve au cour du sommeil ou une  urine involontaire, parce que la semence, ou la matière collante, fait sortir souvent le sperme après le réveil, au lendemain matin. La pluspart du temps, je lave mes habits et mon pantalon pour la même raison. J’avais lu dans un livre que si cette matière ne contient pas de spermatozoïdes, elle est simplement du madhy et il n’est pas nécessaire de se laver. Il suffit tout just de faire ses ablutions pour la prière. J’ai remarqué que le madhy s’écoule dans des cas difficiles, malgré mon éloignement de toute situation délicate pouvant provoquer sa secrétion.

Louange a  Allah

La première différence se trouve dans la qualité. Le sperme, pour ce qui concerne l’homme, est une sorte d’eau lourde et blanche. Quant à celui de la femme, elle est jaune et légère. Oum Salîm avait demandé au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) ce que la femme devait faire voit si elle éprouve ce  que l’homme éprouve parfois dans son sommeil (rêver des rapports intimes). » Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) a répondu que : « Si la femme voit cela, elle doit se laver. » Oum Salîm a eu honte de s’étendre sur ce sujet et a dit : « Est-ce que cela arrive à la femme ? » Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) lui répondit : « Sinon, d’ où viendrait la ressemblance entre (une personne et ses parents) ? En fait,le liquide secrété par l’homme est lourd et blanchâtre. Quant à celui de la femme, elle est jaune et légère.La ressemblence dépend de qui éjacule le premier.» ( Rapporté dans les deux Sahih, voir Mouslim, 469).

L’imam An- Nawawi a dit, dans son commentaire sur Mouslim 3/222, à propos du hadith: « le liquide secrété par l’homme est lourd et blanchâtre. Quant à celui de la femme, elle est jaune et légère », : ceci est une importante règle qui permet de saisir les aspects  prédominents du sperme normal. Les ulémas ont dit que le sperme de l’homme en bonne santé est blanc,  tiède et s’éxpulse coup après coup et s’accompagne d’une sensation de plaisir. Cependant, sa sorite est suivie d’un engourdissement et d’une mauvaise odeur semblable à celle des spadices du dattier.Cette odeur s’assimile à celle de la patte de farine. Le sperme peut changer de couleur pour diverses raisons). Comme c’est le cas d’un malade dont le sperme est souvent jaune et léger. Parfois, la source du sperme se délate et le laisse s’écouler sans plaisir.Un excès d’activités sexuelles peut aussi lui donner une coloration rouge semblable au sang de viande.Il revêt parfois la couleur du sang frais.

Les caractéristiques du sperme sont au nombre de trois. La première est qu’il s’écoule avec plaisir et entrîne l’engourdissement. La deuxième est son odeur qui ressemble à des spadices du dattier. La troisième est qu’il s’expulse coup après coup.

L’une de ces trois caractéristiques suffit pour identifier le sperme, et  il n’est pas nécessaire qu’elles se réunissent toutes les trois. Cependant, si nous n’avons trouvé aucune de ces caractéristiques,  on n’est pas  en présence du sperme  masculin. Quant à celle de la femme, il est jaune et léger. Il peut aussi être blanc. Il a deux particularités reconnaissables : l’une est son odeur qui est comme celle de l’homme, et l’autre est le fait d’avoir du plaisir suivi d’un écoulement et d’un engourdissement, après sa sortie.

Quant au madhy, c’est une eau blanche et visqueuse qui sort à la pensée au rapport sexuel ou lorsqu’on le veut. On n’y trouve ni plaisir, ni éjaculation, ni engourdissement après sa secrétion. Il est chez l’homme comme chez la femme, mais est plus nombreux chez les hommes que chez les femmes selon l’imam an- Nawawi dans son commentaire de Mouslim (3/213).

La deuxième différence  réside dans les dispositions qu’entraîne sa secrétion.

Le sperme oblige à se laver de la souillure, si sa sortie a été provoquée par un rapport sexuel réél ou rêvé au cours du sommeil.

Quant au madhy, sa secrétion ne nécessite que des ablutions. La preuve en réside  dans ce hadith rapporté par Ali ibn Abi Talib  : «J’étais un homme ayant beaucoup de spermes et j’ai ordonné à Miqdad de demander au Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) et il lui a répondu : ‘’Il faut procéder à des ablutions .» (rapporté dans les deux Sahih et la présente version est celle de Boughari)

Ibn Qudama a dit dans al-Moughni (1/168 ) : Ibn al-Mundhir a dit :  les  savants sont unanimes que la secrétion de selles , de l’urine , de madhy et le lâchage de vents sont des causes de rupture des ablutionds.

La troisième différence réside dans les dispositions légales relatives à la propreté et aux souillures.

Le sperme est propre selon la parole dominante des ulémas. La preuve de cela est ce qu’Aïcha a rapporté en disant : « Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) lavait le sperme puis portait le vêtement sur lequel je voyais les traces du lavage.» Selon Mouslim : « Aïcha grattait  du sperme des vêtements du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ), puis ce dernier y faisait sa prière.» En d’autres termes , elle le grattais à sec de son vêtement par ses ongles. Il est claire que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui)  s’abstenait de lavaer les tâches de sperme et se contentait de les enlever par un bâton ou un autre instrument similaire. (Rapporté par l’imam Ahmad dans son Mousnad 6/243). D’après Aïcha: « Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) nettoyait le sperme de son vêtement par la racine de nard indien puis faisait sa prière avec le même vêtement . Il laissait sécher le vêtement avant de faire la prière avec.» (Rapporté par Ibn Khouzaïma, dans son Sahih et vérifié par Cheikh al- Bani dans al-irwa ,1/197 ).

          Quant au madhy, c’est de la souillure, selon le hadith d’Ali cité plus haut, dans lequel le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) lui avait demandé  de laver ses parties génitales et ses testicules avant de faire ses ablutions d’après la version citée par Abu Uwana dans son abrégé. Ibn Hadjar  dit dans son résumé que la chaîne de transmission du hadith ne saurait être remis en cause.

Le madhy est une souillure qui nécessite le lavage des parties génitales de l’homme et les testicules .Sa secrétion  annule les ablutions.

La disposition relative au traitement du vêtement souillé par le sperme ou le madhy.

Parler de la propreté du sperme est  à tel point que, même si l’être humain a fait sa prière avec, il n’y a pas de mal à cela. Ibn Qudama a dit dans al-Moughni (1/763 ) : « Nous avons affirmé sa propreté,mais je préfère le gratter,  même si on peut faire la prière avec. ».

Quant au madhy, il suffit de  laver le vêtement pour éviter la peine. La preuve est ce qu’Abu Dawoud a rapporté dans ses Sunan que Sahal ibn Hanif a dit : « J’avais des difficultés avec le madhy et je me lavais beaucoup; puis j’ai interrogé le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) au sujet de cette affaire. Il a répondu : « Cela te suffira pour remplacer les ablutionds .» J’ai dit, ô Messager d’Allah , quet faire de ce qui touche mon vêtement ? Il dit : « Il suffit que tu prennes une quantité d’eau puis que tu  laves là ou tu as vu une souillure sur ton vêtement .» (Rapporté  par at-Tarmidhî et qualifié par lui de ‘beau’ et authentique et affirme qu’il ne le connaît que par l’intermédiaire du hadith de Mohamad ibn Ishaq relatif au madhy).

L’auteur de, al-Ahwadhi, dit : on en tire la preuve qu’il suffit d’asperger les traces de madhy sur le vêtement et Il n’est pas nécessaire de le laver. Tuhfat al-ahkâm ,1/373.Allah le sait mieux

Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid
Create Comments