Fri 18 Jm2 1435 - 18 April 2014
4334

Comment doit-il traiter la femme de son frère qui est de mauvais caractère ?

La femme de mon frère, qui habite avec nous à la maison, ne respecte personne. Pourrai-je lui dire quelque chose pour changer son comportement ? Si elle ne m’écoutait pas, que devrais-je faire ? Dois-je la saluer ?

Louange à Allah

La bonne parole ouvre les cœurs fermés, écarte les voiles qui l’enveloppent et purifient les âmes. La tolérance, le pardon et le bon conseil font régner l’amitié au sein des gens. Quand on prononce la bonne parole et ferme les yeux sur les mauvais actes (des autres), on devient important aux yeux de ceux-ci et on pousse les auteurs de mauvais actes à s’excuser et à s’amender.

Il est certain que des gens traitent avec leurs semblables d’une façon qu’ils n’aimeraient pas que les autres appliquent dans leurs rapports avec eux-mêmes. Certains croient, en effet, que la force, la confrontation et la défiance sont à même de leur permettre d’imposer leur respect aux autres.

Non content de persévérer dans l’erreur, les critiques acerbes et les rappels à l’ordre blessants et l’engagement dans un tourbillon de haine, lui inspirent un désir révoltant de se venger. Au point qu’il perd la faculté de distinguer ce qui est juste de ce qui est faux. L’on se trouve alors dans l’incapacité de l’orienter et de lui donner des conseils. Toute parole qu’on lui adresse peut être perçue de sa part comme une provocation et un signe de la persistance de l’inimitié. Il est toujours entrain d’observer et de guetter.

La manière la plus saine de traiter avec une telle personne consiste à marquer une pose dans nos rapports avec elle, laps de temps assez bref pendant lequel nous la mettons à l’écart et nous efforçons à dissiper les craintes suscitées par la confrontation, la critique et l’examen de compte auxquels elle s’attend de notre part. Nous devons user envers lui de la bonne parole, de la douceur et du sourire et lui faire sentir notre pardon et notre affection. A ce propos, le Très Haut dit : «La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux.  » (Coran, 41 :24).

Par mise à l’écart, nous n’entendons pas mettre fin à tous nos liens avec lui et nous abstenir de le saluer et de lui parler. Nous entendons plutôt éviter de cohabiter avec lui et de nouer des contacts directs avec lui en attendant un moment propice dans lequel l’âme sera disposée à accepter conseils et instructions. Alors, nous commencerons par aborder les beaux aspects de son caractère et le bien que nous espérons pour lui et de lui. Ensuite, nous ferons passer notre conseil grâce à un style bien soigné, aimable, qui ne blesse, ni ne critique ni n’ennuie. Nous faisons tout cela dans le seul but de complaire à Allah et nous restons patients et tolérants, et nous donnons par notre caractère et notre belle manière de traiter avec lui un bel exemple à méditer et à suivre par celui à qui nous voulons donner un conseil et des orientations. Ecoutons les orientations que le Vrai donne à Son messager : « Accepte ce qu'on t'offre de raisonnable, commande ce qui est convenable et éloigne-toi des ignorants. » (Coran, 7 : 199).

Le fait d’accabler une personne avec des critiques blessantes et le fait de ne pas choisir le moment le plus approprié pour s’adresser à une personne produisent souvent des résultats contraires. La modestie et l’humilité écartent les obstacles et empêchent les agressions et l’adversité.

Dans un hadith authentique d’après Iyadh (P.A.a), le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : «  Certes Allah m’a appris dans la révélation que nous devons rester humbles de sorte que personne n’agresse personne et que personne ne s’enorgueillit devant les autres.  (Rapporté par Mouslim, 2865).

Islam Q&A
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid
Create Comments