Wed 16 Jm2 1435 - 16 April 2014
482

La plainte d’une femme battue par son mari

Je me sui mariée depuis cinq ans et j’ai de jeunes enfants. Mon amour pour mon mari diminue régulièrement depuis notre mariage en raison de son comportement. C’est un homme si nerveux qu’il lui arrive en cas de colère de ne plus se maîtriser. Il devient alors comme un fou et se met à me frapper si durement que ses coups laissent des traces et des marques sur ma peau. Mais il ne m’a jamais frappé au visage. Ces scènes se sont fréquemment répétées au cours de mon mariage, mais elles n’arrivent pas quotidiennement. Je lui ai conseillé de suivre les trois phases mentionnées par Allah dans Son livre et selon l’ordre qu’il a établi. Mais mon mari ne l’a pas accepté en raison de son incapacité de se maîtriser en cas de colère. Jusqu’ici, j’ai essayé de gérer le problème de mon mari avec patience, mais parfois sans amour pour lui. La persistance du problème m’a inspiré la peur. Puis j’ai commencé à ressentir une certaine desapprobation.
Le traitement qu’il me réserve s’est détérioré à cause du changement de ton observé de ma part en raison de l’épuisement de ma patience consécutif à un traitement inéquitable ; il me frappe très souvent devant mes enfants. Si bien que notre fils aîné commence à l’imiter et me frappe à son tour.
Comment faire pour mettre fin au comportement agressif de mon mari ? (J’espère que vous n’allez pas me dire de ne pas me mettre en colère et de rester patiente car j’en ai assez). Comment me débarrasser de l’antipathie que j’éprouve à son égard ? J’ai essayé de lui pardonner, mais il m’a souvent fait du mal et son comportement agressif détruit notre mariage, et seul Allah  sait si note union sera maintenue. Mais à supposer que tel soit le cas, quel conseil me prodigueriez-vous pour me permettre de mettre fin à ce comportement agressif et honteux ?

Louange à Allah

Nul doute que le problème que vous avez décrit, ô sœur musulmane, provoque tristesse et douleur.

 Mais il faut au début comme à la fin avoir recours à Allah le Puissant et Majestueux. Car c’est Lui qui pourrait vous aménager une issue des difficultés et soucis. Voici maintenant quelques conseils :

- Votre mari a besoin de quelqu’un pour lui donner des conseils ; cherchez- lui la personne appropriée.

- Evitez de le mettre en colère (malgré  votre souhait de ne pas recevoir un conseil dans ce sens, ne pensez-vous pas que cela soit nécessaire pour remédier à cette situation). Je répète mon conseil : évitez dans la mesure du possible de le mettre en colère :

- quand on médite sur le malheur d’autrui, on en arrive à minimiser le sien. D’autres maris frappent leurs épouses au visage et provoquent blessures et fractures multiples ; ils expulsent leurs femmes du foyer au milieu de la nuit et referment la porte et ne leur donnent pas un sou, mais s’emparent de leurs biens et bijoux. Ils mangent hors du foyer et n’apportent rien à manger à l’épouse et aux enfants. Leurs épouses en arrivent à mendier chez les voisins. Certains d’entre eux boivent et se droguent et fréquentent des prostituées. D’autres ne connaissent pas du tout Allah ni la direction de la Qibla, entre autres malheurs que j’ai constatés moi-même parmi les drames vécus par les épouses. Il ne s’agit pas de fruits de l’imagination. Peut être la méditation des malheurs des autres vous conduit à minimiser le votre. Ce qui vous consolerait.

- réfléchissez aux autres aspects de la personnalité de votre mari, notamment sa foi, son observance de la prière, son acquittement des dépenses du ménage, son abstention de visez le visage, etc. Peut-être cela atténue-t-il votre sentiment négatif à son égard ;

- Considérez que ce qui vous est arrivé fait partie des épreuves de la vie d’ici-bas qu’Allah, le Puissant et Majestueux décrète à l’endroit de celui qu’Il veut, afin de voir comment il va réagir. Endurez les avec patience dans l’espoir d’en être récompenser.

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Etonnants sont les affaires du croyant ; elles renferment toujours du bien. Ce qui est une particularité du croyant. S’il subit une épreuve et demeure ferme, cela constitue un bien et s’il lui arrive du bien et qu’il se montre reconnaissant, cela devient un bien (de plus) pour lui »  (rapporté par Mouslim- Puisse Allah lui accorder sa miséricorde) dans son Sahih, N°2999).

- Réfléchissez bien au drame que représente le divorce et ses futures conséquences sur la famille. La femme raisonnable supporte le moindre mal et certains maux sont moins graves que d’autres.

- Ecrivez-lui une lettre dans laquelle vous lui rappellerez la recommandation du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dans laquelle, il dit : « Faites du bien aux femmes car elles vous sont confiées. Vous n’avez à leur réclamer que ce qu’elles peuvent donner. Si elles commettent un acte clairement abominable, boycottez les au lit puis frappez-les légèrement.

Si elles vous obéissent, n’allez pas plus loin. En vérité, vos femmes ont des droits sur vous et vous avez des droits sur elles. Votre droit sur elle est qu’elles ne permettent pas à une personne que vous détestez de s’installer chez vous ni d’accueillir dons votre domicile quelqu’un que vous n’aimez pas. En vérité, vous leur devez un bon traitement, de l’habillement et de la nourriture. » (rapporté par at-Tirmidhi n° 1163 et déclaré par lui « beau et authentique ». L’expression «awânun  indakum » qui figure dans le texte signifie (au sens propre) prisonnières entre vos mains. Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit encore : « Bien des femmes se sont présentées à la famille de Muhammad pour se plaindre de leurs maris. Ceux-ci ne sont pas les meilleurs d’entre vous » (rapporté par Abou Dawoud, n° 2146)

- S’il s’irrite une fois et vous frappe durement, attendez que ses nerfs se calment et puis essayez de susciter sa pitié à l’aide de certains mots touchants tels que  : c’est comme ça que tu traites la mère de tes enfants, la personne qui t’est la plus proche ?

En lui disant cela , il faut lui montrer en même temps la partie de votre corps qu’il a visée par ses coups pour qu’il constate de ses propre yeux l’agression perpétrée par sa propre main. Il faut en plus lui rappeler l’interdiction de l’injustice et la puissance qu’Allah possède sur lui. Et, puis vous disparaissez de sa vue pour lui permettre de méditer sur la situation et de faire son examen de conscience. Si le mari est un homme d’honneur,  de virilité et de foi, il arrive souvent qu’il s’amende et s’excuse.

- Certains problèmes familiaux ne pourront être réglés qu’avec le temps, notamment quand le mari devient très attaché à ses enfants devenus nombreux et ayant grandis. Dans ce cas, la valeur de son épouse augmente à ses yeux et il l’a considère dès lors comme une éducatrice, gardienne de ses enfants.

De même, sa maturité se développe et il devient capable de saisir les différentes dimensions des choses et de réaliser les mauvais effets de ses actes. Ce qui pourrait améliorer son comportement et l’amener à s’abstenir de certaines choses. Le fait de s’attendre à une amélioration de la situation est une bonne chose. En fait les gens ne vivent que grâce à l’espoir.

- La prière est le refuge du croyant. Combien de fois avez-vous prié Allah de redresser votre mari en insistant et en utilisant les causes de l’exaucement ?

Je demande à Allah d’améliorer votre situation et celle de votre mari et de vous inspirer une bonne façon de conduire vos affaires.

Islam Q&A
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid
Create Comments