Fri 18 Jm2 1435 - 18 April 2014
69811

Peut il répondre aux félicitations qui lui sont adressées par les mécréants à l'occasion du nouvel an?

M'est il permis de dire aux non musulmans: «à vous de même» quand ils me félicitent à l'occasion du nouvel an en me disant : «bonne et heureuse année» ou «meilleurs vœux» ?

 

Louanges à Allah

 

Il n'est pas permis de présenter des vœux aux Chrétiens à l'occasion de la Noël et du jour de l'an ou à l'occasion d'autres fêtes. Il n'est pas non plus permis de leur répondre au cas où ils nous présenteraient car ces fêtes ne sont pas légales dans notre religion. Le fait de leur répondre revient à reconnaître la légalité des fêtes. Le musulmans doit être fier de sa religion et de ses dispositions , soucieux d'y appeler les autres et de leur faire connaître la religion d'Allah le Puissant et Majestueux.

Cheikh Ibn Outhaymine (Puisse Allah lui accorder sa miséricorde) a été interrogé à propos de la présentation de félicitations aux Chrétiens à l'occasion de la Noël pour savoir comment répondre et s'il faut se rendre aux lieux des cérémonies organisées à cette occasion et si on commet un péché en y participant sans nourrir la même intention (que les initiateurs) mais par simple courtoisie ou par pudeur ou parce gêné ou pour d'autres considérations ,et si enfin il est permis de les imiter? Voici sa réponse: « Féliciter les Chrétiens à l'occasion de la Noël ou d'autres fêtes religieuses est jugée unanimement interdite. Ibn al-Qayyim (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) l'a cité dans son ouvrage intitulé : le statut des protégés. Il y écrit : «S'agissant de féliciter (quelqu'un) pour la pratique de rites de mécréance qui lui sont propres est jugé unanimement interdit. C'est , par exemple , le cas de les féliciter  lors de leurs fêtes et de leur carême en disant :  «fête bénie!»  Ou «puisses-tu te réjouir de la fête!» Ou d'autres expressions. Si le musulman qui prononce de tels propos échappe à la mécréance, il tombe (inévitablement) dans l'interdit. C'est comme féliciter un chrétien qui se prosterne devant la croix. C'est même un péché plus grave devant Allah et plus à même de susciter sa colère que le fait de féliciter celui qui boit du vin ou commet un meurtre ou un acte sexuel illicite, etc. Beaucoup de gens pour qui la religion n'a aucune valeur tombe dans cela , inconscient du caractère odieux de son acte. Féliciter un fidèle d'avoir commis un acte de désobéissance ou un péché ou une innovation ou une mécréance s'expose à la colère et au dépit divin.»

Si le fait de féliciter les mécréants lors de leurs fêtes religieuses est interdit à ce point, comme le souligne Ibn al-Qayyim, c'est parce qu'il implique la reconnaissance de leurs rites et l'approbation  de leur pratique, même si on ne les adopte pas pour soi-même. En effet, il est interdit au musulman d'approuver les rites de la mécréance ou de féliciter celui qui les pratique, étant donné qu'Allah Très Haut ne les agrée pas puisqu'Il a dit: « Si vous ne croyez pas, Allah se passe largement de vous. De Ses serviteurs cependant, Il n'agrée pas la mécréance. Et si vous êtes reconnaissants, Il l'agrée pour vous » (Coran,39:7) et dit encore: «Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous . » (Coran,5:3). Les féliciter pour la célébration de ces rites est interdit, qu'on y participe activement ou pas.

Si les mécréants nous félicitent lors de leurs fêtes, nous ne répondons pas car ces fêtes ne nous concernent pas. Ce sont des fêtes qu'Allah Très Haut n'agrée pas puisqu'il s'agit soit de fêtes innovées, soit de fêtes instituées. Dans l'un et l'autre cas, elles ont été abrogées par la religion musulmane apportée par Muhammad (Bénédiction et salut soient sur lui) à toutes les créatures et à propos de laquelle, Allah dit: «Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ne sera point agrée, et il sera, dans l'au-delà, parmi les perdants  » (Coran,3:85).

Le fait pour un musulman de répondre à l'invitation qu'ils lui adressent à cette occasion est interdit parce y répondre revient à s'associer à eux. De même, il est interdit aux musulmans d'imiter les mécréants dans l'organisation de cérémonies à cette occasion ou dans l'échange de cadeaux ou de friandises ou de repas ou dans l'abandon du travail, etc. Car le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « quiconque s'assimile à un peuple en fait partie.»

Cheikh al-islam Ibn Taymiyya ecrit dans son ouvrage: iqtidaas-sirat al-moustaqim moukhalafat as-hab al-djahiim (choisir le chemin droit, c'est se démarquer de la voie des destinés à l'enfer): «les imiter dans certaines de leurs fêtes remplit leurs cœurs de joie et les confirme dans leur fausse voie. Cela pourrait même les pousser à profiter de l'occasion pour humilier les faibles».

Quiconque agit dans ce sens commet un péché; qu'il entende faire preuve de courtoisie à leur égard ou se faire aimer par eux ou agir par pudeur ou pour d'autres considérations. Car tout cela relève d'une manipulation intéressée de la religion d'Allah et des causes de réconfort et de fierté des mécréants.

C'est à Allah qu'on demande de rendre les musulmans fiers de leur religion, de les y affermir et de leur accorder la victoire sur leurs ennemis. Il est fort et puissant.» Extrait de Madjmou fatawa de Cheikh Ibn Ouhaymine,3/44.

Allah le sait mieux.

Islam Q&A
Create Comments