Sun 20 Jm2 1435 - 20 April 2014
82860

Que doivent il faire quand on leur offre un repas en Noël

Comment devrions nous nous comporter quand notre voisin nous offre un repas lors de la célébration de Noël le 25 décembre? Faut il l'accepter quitte à s'en débarrasser, ou le rejeter, même si cette dernière option pouvait créer un malentendu entre nous? Puisse Allah vous récompenser par le bien.

Louanges à Allah

Premièrement, il est permis au musulman de recevoir les cadeaux des infidèles et de leur en offrir. Cela est plus recommandé quand une parenté le lie à eux. Cette permission repose sur les arguments que voici:

a.        D'après Abou Houmayd as-Saidi: «nous participâmes à l'invasion lancée par le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) contre Tabouk. C'est alors que le roi d'Ila offrit au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) une mule blanche et un manteau et reconnut son autorité par écrit.» (rapporté par al-Boukhari,2990.)

b.       D'après Kouthayr ibn Abbas ibn Abdoul Mouttalib: «Abbas a dit: j'étais aux côtés du Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui) lors de la bataille de Hounayn. Nous demeurâmes, Abou Soufyan ibn al-Harith et moi-même fermes avec lui. Le Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui) était monté alors sur une mule blanche qui lui avait été offerte par Farwah ibn Noufathah al-Djoudhami.» (rapporté par Mouslim,1775).

Cette pratique a été rapportée des compagnons qui l'ont maintenue avec la permission du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) et de son vivant. En effet, la mère d'Asmaa, la fille d'Abou Baker, encore polythéiste, rendit visite à sa fille. Celle-ci reçut l'autorisation du Prophète d'accueillir et d'honorer la visiteuse. Il est encore rapporté de façon sûre qu'Omar avait offert un vêtement à son frère qui était toujours idolâtre. Les deux hadiths sont cités dans les Deux Sahih.

En somme, il est permis au musulman d'offrir un cadeau à un mécréant et de le recevoir de sa part.

Deuxièmement, s'agissant des cadeaux échangés lors de leurs fêtes, il n'est pas permis ni de leur en donner ni de les recevoir de leurs parts car cela implique la vénération de leurs fêtes, leur confirmation et une manière de les aider dans leur mécréance.

Cheikh al-islam, Ibn Taymiya (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «si quelqu'un offre aux musulmans un cadeau différent de ce qu'ils ont l'habitude de recevoir en la matière en d'autres périodes de l'année, son cadeau ne doit pas être accepté. Le rejet se justifie particulièrement quand le cadeau fait partie de ce qui est utilisé pour imiter les non musulmans. C'est le cas des bougies et objets pareils lors de la fête de Noël et des œufs, du lait et de moutons lors de la célébration du jeudi saint qui marque la fin de leur jeûne.

De même, il ne faut pas offrir un cadeau aux musulmans à cause de ces fêtes, en particulier les objets qui peuvent les aider à imiter les non musulmans comme nous l'avons déjà mentionné.

Il ne faut rien vendre au musulman qui puisse aider à imiter les non musulmans à l'occasion des fêtes de ces derniers, qu'il s'agisse d'aliments, de vêtements ou d'autres choses pareilles car cela reviendrait à aider à perpétuer des actes condamnables.» Extrait de Iqtidhaaas-sirat al-moustaquiim,p.227.

Ibn Taymiya (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit encore: «quant au fait pour les musulmans de vendre aux non musulmans lors de leurs fêtes des objets qui peuvent les aider à célébrer leurs fêtes comme de la nourriture, des vêtements, des plantes odoriférantes et d'autres articles pareils, ou les leur offrir, cela constitue une manière  de les assister à célébrer une fête interdite. Ceci est fondé sur le principe selon lequel il est interdit de vendre aux mécréants du raisin ou du jus qu'ils puissent transformer en vin ou des armes qu'ils peuvent utiliser pour combattre un musulman.» Extrait de Iqtidhaa as-sirat al-moustaquiim,p.229.

A propos des fêtes des Gens du Livre, Ibn al-Qayyim (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «puisqu'il ne leur est pas permis de les manifester, il n'est pas permis non plus de faire preuve de complicité à leur égard, ni de les aider ni d'y participer selon l'avis unanime des ulémas confirmés. Les jurisconsultes suivants les traces des Quatre imam l'ont clairement soutenu dans leurs ouvrages.» Ensuite, Ibn al-Qayyim (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) cite les propos des chefs de file des écoles juridiques et leurs grandes figures allant dans le sens de l'interdiction. Voir ahkaamahl adh-dhimma, 3/1245-1250. Voir la réponse donnée à la question n° 12666.

Troisièmement, il n'est pas permis au musulman de faire preuve de laxisme en matière religieuse. Il doit manifester son attachement aux dispositions de sa religion. Les non musulmans pratiquent ouvertement leurs fois et en manifestent les rites à travers ces fêtes. Nous devons en faire de même et refuser de recevoir leurs cadeaux, de participer à leurs fêtes et de les y assister, cela faisant partie de notre religion.

Nous demandons à Allah  Très haut de nous aider à bien maîtriser les dispositions de sa religion, à les appliquer et à les préserver fermement.

Allah le sait mieux.

Islam Q&A
Create Comments