Mon 21 Jm2 1435 - 21 April 2014
82866

Après avoir embrassé l’Islam, elle s’est écartée de la bonne voie et veut se repentir

Je suis votre sœur (en Islam). Je me suis convertie il y a 11 ans. Auparavant, l’Islam suscitait ma curiosité puisque j’avais suivi Malcom X. Je voyais toujours les musulmanes et nourrissais un grand respect pour elles à cause de leur démarche éminemment digne et belle et de leur manière de s’habiller. A 17 ans, j’ai quitté mon domicile pour m’installer dans une autre ville habitée par un grand nombre de musulmans. Là l’Islam s’est présenté à moi une nouvelle fois et un Coran m’a été offert. J’étais très heureuse et sentais au fond de mon cœur qu’il y avait quelque chose de spécial qui m’attirait vers ce chemin. Pourtant j’ignorais encore tout de ses enseignements.
Toujours est-il que tout cela se passa à un moment où je souffrais d’une grande faiblesse et avais besoin d’orientation et d’aide. Or il n’y avait personne autour de moi ; ni famille ni rien. Bien au contraire, j’étais entourée de mauvaises choses telle la prostitution, la drogue, les jeux de hasard, le meurtre, le vol etc. De même toutes mes tantes et oncles paternels et maternels étaient des drogués dépendants. Et leurs enfants n’ont pas hésité à suivre leurs pas. Grâce à Dieu, je n'étais jamais tentée de participer à ces mauvaises pratiques répandues autour de moi.
Par ailleurs, j’ai commencé avec ma sœur de lire le Coran le soir, ce qui a touché mon cœur de manière sans précédent. Nous pleurions en lisant les textes relatifs à l’enfer, puisque nous y croyions et ne voulions pas y aller. Nous savions certainement que ce livre est authentique. J’ai senti qu’il ressemblait dans beaucoup d’aspects à la Bible. Et il fallait franchir le pas suivant.
Deux semaines plus tard, nous sommes allées à la mosquée pour déclarer notre conversion. Des années se sont succédées et des étapes incroyables se sont passées. Et puis je me suis mariée trois fois avec des musulmans ; chacun d’eux m’a très mal traitée. Et j’ai fini par céder.
Le premier a demandé le divorce alors que j’étais enceinte. Et quand il m’a dit qu’il ne m’aimait plus, j’ai subi une hémorragie suivie d’un avortement. Quant aux deux autres, ils souffraient de troubles mentaux que je n’avais pas connus avant le mariage.. Maintenant, tout cela relève du passé. Cependant, je suis complètement détruite. Auparavant, j’étais très forte et très capable de m’adapter aux vicissitudes de la vie. Mais, maintenant je me sens comme si je planais au-dessus de nuages de perdition…
Comment j’ai perdu mon Maître qui est pourtant très proche ! Comment pourrait-on réparer tout cela ? Pourquoi ai-je abandonné Allah tout en sachant qu’Il lui arrive de mette Ses amis à l’épreuve ? Je ressens une profonde faiblesse, un effondrement, une perte de valeur et de beauté. Maintenant, après tout ce temps, je suis détruite et je suis plongée dans des choses que j’avais abandonnées. Je bois du vin quotidiennement et fume toute seule à la maison. Effectivement, je ne veux ni vivre ni mourir puisque je sais que je ne suis pas sur le bon chemin. Tout ce que j’aurais souhaité serait d’avoir été à l’abri de toutes ces épreuves et de rester dans le voisinage d’Allah. J’espère recevoir votre aide.

Louanges à Allah

Chère sœur,

Puisse Allah vous soutenir ! Puisse-t- Il vous consoler, vous relever et vous pardonner votre péché !

Cela dit, tant que vous vivrez, tant que votre cœur battra, tant que votre esprit réfléchira, ( la porte du repentir vous restera ouverte) Voilà où nous commençons !

Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Certes Allah recevra le repentir du fidèle aussi longtemps qu’il n’agonisera » (rapporté par at-Tirmdhi, 3537 et déclaré bon par al-Albani).

Vous n’êtes donc pas trop faible ni aussi détruite que les habitants des tombes. Car vous disposez toujours d’une force qui vous relancera de nouveau. Mieux, vous êtes- s’il plaît à Allah- plus forte que vous le croyez.

Chère sœur ! Le fort n’est pas celui qui ne chute jamais. Mais il est celui qui se relève parfaitement après avoir chuté. N’étiez vous pas jadis adepte de la religion de vos ancêtres fondée sur le polythéisme et la non croyance au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui). Et puis Allah vous a donné la force nécessaire pour vous débarrasser de tout cela et embrasser une nouvelle religion qui vous était inhabituelle : vous y aviez suivi un chemin que vous n’aviez pas emprunté. Ce qui est mille fois plus difficile que de sortir de votre situation actuelle.

Des verres de vin remplis ne se trouvaient-ils pas autour de vous à un moment où la voie de l’égarement vous était largement ouverte en l’absence d’un surveillant dont vous auriez honte ? … Allah vous a donné la force et vous a empêchée de tomber dans le bourbier de la débauche et les impuretés des vins… Comment allez-vous maintenant céder aux difficultés ? Vous êtes assez forte pour vous relever. N’aidez pas votre ennemi contre vous-mêmes. Si une main pécheresse vous donne une gifle, ne vous vous en donnez pas vous-mêmes une autre sur l’autre joue. : « N’est pas des nôtres celui qui se frappe les joues, déchire ses vêtements et relance les appels de l’époque de l’obscurantisme » (rapporté par al-Boukhari, 1294).

Il y a une énorme différence entre celui qui tombe dans un fossé, se résigne, pleure sur son état, s’en veut au destin et nourrit une mauvaise opinion à l’égard de son Maître (d’une part) et celui qui tombe dans un fossé et sait qu’il y est tombé à cause de ses péchés et mauvaises actions décidées librement (et qu’Allah n’est point injuste à l’égard de Ses serviteurs) et se relève et sollicite l’assistance de son Maître pour se débarrasser de ses péchés d’abord et le soulager de ses soucis ensuite et a appris à dire chaque jour : « C’est Toi que nous adorons et c’est Toi que nous sollicitons ». Voilà le croyant fort qu’Allah aime. A ce propos, le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) dit : « Le croyant fort est meilleur et plus aimé d’Allah que le croyant faible, mais tous les deux sont bons. Veuille à ce qui te profite et sollicite l’assistance d’Allah sans faiblesse. Si quelque chose t’atteint ne dis pas : si j’avais fait ceci, il y aurait eu cela. Dis plutôt : Allah a décrété ce qu’Il a voulu faire. Car « si » prépare l’action de Satan (rapporté par Mouslim, 2664).

Cheikh al-islam Ibn Taymiyya (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Il n’est pas demandé à l’homme de considérer le destin quand on lui donne l’ordre de faire une action, mais seulement quand il est atteint de malheurs qu’il ne peut pas repousser. Quand quelque chose vous atteint du fait d’une intervention humaine ou sans cette intervention, restez patient, satisfait et soumis. A ce propos, le Très Haut dit : « Nul malheur n'atteint (l'homme) que par la permission d'Allah. Et quiconque croit en Allah, (Allah) guide son cœur. Allah est Omniscient.» (Coran, 64 : 11).

L’un des ancêtres (Ibn Massoud ou Alqama) a dit : « Le verset parle du cas d’une personne atteinte par un malheur et qui, sachant que cela provient d’Allah, l’accepte et se résigne » (Madjmou’ al-Fatawa, 7/278).

Ibn al-Qayyim (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Ce hadith renferme de grands principes de la foi. Il en est celui selon lequel le bonheur de l’homme découle de son effort pour profiter de sa vie présente et de sa vie future. Cet effort consiste à donner le meilleur de soi-même. Les actes qui résultent de l’effort humain dépendant de l’assistance et de la volonté divine, Allah donne à l’homme l’ordre de solliciter Son assistance afin d’accéder à la fois aux stations de : « C’est Toi que nous adorons et c’est Toi dont nous sollicitons l'assistance ». L’effort fait pour soi-même fait partie du culte rendu à Allah et ne peut se réaliser sans Son assistance. Voilà pourquoi il est demandé au fidèle de L’adorer et de solliciter Son aide…

Plus loin, il poursuit : « Ne sois pas incapable » l’incapacité est contraire à l’effort utile à l’homme et s’oppose à sa demande de l’assistance divine. Celui qui se livre à l’effort utile et sollicite l’assistance d’Allah est le contraire de l’incapable. Cette orientation est donnée à l’homme avant l’avènement de ce qui est décrété, afin de l’amener à utiliser les moyens les plus efficaces parmi lesquels l’effort soutenu accompagné de la sollicitation de l’assistance de Celui qui tient les choses en Sa main, Celui qui en est l’origine, Celui vers qui tout retourne.

Si l’on n'obtient pas ce qui ne nous a pas été décrété, on assiste à deux cas de figure : un cas d’incapacité qui prépare l’œuvre de Satan. Car l’incapacité conduit à l’emploi de « si » qui st inutile dans ce cas. Pire, il entraîne le blâme, la panique, le dépit, le regret et la tristesse, choses qui procèdent de l’œuvre de Satan. Voilà pourquoi le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) interdit au fidèle l’emploi de « si » (dans le hadith). Le second cas consiste à tenir compte du destin pour savoir que si la chose voulue était décrétée, nul ne l’aurait obtenue sauf lui (le fidèle). C’est pourquoi il dit : « si une affaire te demeure irréalisable, ne dis pas : si j’avais fait ceci, il y aurait cela, mais dis plutôt : Allah a décrété et fait ce qu’Il a voulu faire » Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) oriente ainsi le fidèle à ce qui est meilleur pour lui dans les deux cas : le succès et l’échec. Voilà pourquoi ce hadith restera toujours indispensable au fidèle » Voir Chifaa al-alil (37-38).

Chère sœur ! Si vous comprenez bien cela, vous n’aurez plus d’objection à faire au destin. En effet, vous faites comme si vous reprochiez à Allah de ne vous avoir pas épargné l’épreuve que vous avez traversée et qui est venue à bout de vos forces, et vous a retiré la terre sous les pieds et plongé dans l’errance après que vous L’avez découvert !!!

Ne savez-vous pas que l’épreuve est inhérente à l’existence humaine ici-bas : « En effet, Nous avons créé l'homme d'une goutte de sperme mélangé (aux composantes diverses) pour le mettre à l'épreuve. (C'est pourquoi) Nous l'avons fait entendant et voyant.» (Coran, 76: 2).

Ô serviteur d’Allah, les hommes constituent des mines ; certaines recèlent de l’or pur ; d’autres renferment de l’or mélangé et d’autres sont moins importantes. L’épreuve est un feu qui révèle l’or pur et détruit les éléments qui y sont mélangés. A ce propos Allah Très Haut dit : «Est-ce que les gens pensent qu'on les laissera dire: "Nous croyons!" sans les éprouver? Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; (Ainsi) Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent.» (Coran, 29 : 2-3).

Cheikh Ibn Saadi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit : « Allah Très Haut nous informe de Sa parfaite sagesse. Celle-ci n’accepte pas que toute personne qui dit : « Je suis croyant » et s’attribue la foi mènera une vie débarrassée de troubles et d'épreuves et de ce qui est susceptible de perturber sa foi et ce qui en découle. Car si les choses se passaient ainsi, le véridique ne se distinguerait pas du menteur ni le vrai du faux».

La manière dont Allah a traité avec les générations passées et traite avec les musulmans consiste à les soumettre à des épreuves positives et négatives, à une alternance de difficultés et de facilités, de situations favorables et d’autres défavorables, des états de richesses et d’autres de pauvreté, des états de domination par les ennemis et d’autres de résistance combative matérialisés par des actes et des paroles, et (une succession) de troubles qui se ramènent tous au trouble consistant à susciter des doutes à propos de la foi et des plaisirs qui freinent la volonté.

Si, devant l’envahissement des doutes, on reste fermement attaché à la foi sans être ébranlé, si on les repousse à l’aide de la vérité que l’on possède et si enfin on se conforme aux exigences de la foi et résiste aux plaisirs qui s’imposent à nous et nous poussent à tomber dans la désobéissance et les péchés et nous détournent de l’ordre d’Allah et de celui de Son Message, on prouve alors la véracité et la sincérité de sa foi.

Si l’invasion des doutes pénètre notre cœur et l’influence, si les plaisirs nous entraînent dans les actes de désobéissance ou nous détournent des obligations, il y a là une preuve de l’invalidité de notre foi et de son manque de sincérité .

A cet égard, les hommes appartiennent à des catégories que seul Allah peut recenser ; certains font beaucoup, d’autres peu. Aussi demandons-nous à Allah Très Haut de nous inspirer résolument la parole sûre ici-bas et dans l’au-delà et de maintenir nos cœurs dans Sa religion. Les épreuves infligées aux âmes sont comme le feu qui sépare les éléments purs des autres ».

Serviteur d’Allah, vous ne voulez ni cette vie ni la mort !

Nous disons : nous non plus nous ne voulons pas que vous meniez une vie entachée de péchés et nous n’espérons que vous resterez dans cet état jusqu’à la mort. Loin de là, notre Maître, le Maître de l’Univers n’aime pas et n’agrée pas une telle vie pour vous. Il n’aime pas que vous mouriez dans un tel état. L’affaire n’est point une énigme déroutante, comme vous le croyez. La solution ne consiste pas non plus à se laisser perdre, comme c’est votre cas actuellement. Allah Très Haut ne veut vous rencontrer après votre mort qu’attachée à l’Islam « Ô les croyants! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu'en pleine soumission.» (Coran, 3 : 102). Allah Très Haut ne veut en ce qui vous concerne que vous viviez conformément à l’Islam qu’Il a agréé pour Ses serviteurs : « Dis: "En vérité, ma Salâ, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers. A Lui nul associé! Et voilà ce qu'il m'a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.» (Coran, 6 : 162-163).

Comment faire alors et où est le chemin ?

C’est de retourner vers Lui, le Transcendant – ô serviteur d’Allah. Celui-ci vous aimera quand vous Lui reviendrez  «Allah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient". » (Coran, 2 : 222). Il sera content de votre retour, peu importe à quel degré vous vous étiez écartée du chemin.

D’après Abou Hourayra (P.A.a) le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Allah Puissant et Majestueux a dit : « Je suis là oû mon fidèle serviteur croit me trouver ; Je suis avec lui quand il m’invoque. Au nom d’Allah, Allah est plus content du repentir de Son serviteur que l’un d’entre vous qui retrouverait une monture perdue en plein désert. Je me rapproche d’une coudée à quiconque se rapproche de moi d’un empan et me rapproche d’un (baa) à quiconque se rapproche de moi d’une coudée. Quand le fidèle avance vers Moi, Je cours vers lui » (rapporté par Mouslim, 2675).

Comment traiter les péchés, les faux pas, le vin et d’autres actes de désobéissance ?

Le Propriétaire tout Miséricordieux du Trône dit : «Dis: "Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux. » (Coran, 39 : 53).

Le chemin vous est encore ouvert pour que vous puissiez tourner une nouvelle page toute blanche, ô serviteur du Clément ! Nous ne voulons pas que la page reste blanche de sorte à ne contenir ni de bonnes actions ni de mauvaises actions. Remettons le compteur à zéro. Partons à partir du début du chemin. Non ! Nous voulons plutôt que la page soit pure sans péchés ni actes de désobéissance. Et puis, par la grâce du plus Miséricordieux des miséricordieux, elle sera remplie de bonnes actions à la place de vos mauvaises actions et faux pas.

N’avez-vous pas entendu la parole d’Allah évoquant les qualités des serviteurs du Clément ? Allah a mentionné quelques unes de leurs belles qualités qui sont très aimées du Transcendant. En voici quelques uns : «Qui n'invoquent pas d'autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu'Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punitionet le châtiment lui sera doublé, au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d'ignominie; sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre; ceux-là Allah changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Allah est Pardonneur et Miséricordieux; et quiconque se repent et accomplit une bonne œuvre c'est vers Allah qu'aboutira son retour. » (Coran, 25 : 68-71).

N’avez-vous pas vu qu’Allah ne s’est pas contenté de leur pardonner leurs grands faux pas, mais Il les a transformés en bonnes actions ?

Abou Tawil Chatb al-Mawdoud a rapporté s’être présenté au Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) pour lui dire ceci :

-               «Dis ! Si un homme commettait tous les péchés, majeurs et mineurs sans exception, aurait-il encore la possibilité de se repentir ?

-               «T’es-tu converti à l’Islam ?

-               «J’atteste qu’il n’y a pas de dieu en dehors d’Allah qui n’a point d’associé et que tu es le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui).

-               «Tu feras du bien et tu t’abstiendras du mal et Allah transformera tous les actes en bienfaits.

-               «Et mes traîtrises et mes actes de débauches ?

-               «Oui.

-               «Allah akbar !

Il continua de répéter cette formule en s’éloignant jusqu’au moment où il disparut» (rapporté par at-Tabari dans al-Kabir (7/314) et déclaré authentique par al-Albani dans Sahih at-Targhib.

O serviteur d’Allah ! Essayez d’améliorer votre état. Faites du bien. Abstenez-vous du mal de façon à ce que votre registre ne contienne que des bienfaits. Vous saurez alors que vous n’avez pas perdu votre place à proximité de votre Maître et que vous gardez toujours voter chance d’être installée près de Lui dans la Demeure de paix (le paradis).

Ibn al-Qayyim (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Venez ! Entrez chez Allah pour vivre dans Son voisinage à la Demeure de Paix, sans fatigue ni épuisement ni souffrance.

Passons par le chemin le plus court, le plus facile. Le temps qui vous appartient est votre vie. Elle est située entre deux autres laps de temps : le passé et le futur. Le passé peut être réparé grâce au repentir, au regret et à la demande de pardon. Ce qui n’entraîne ni fatigue ni épuisement ni souffrance consécutive à un pénible effort. Car c’est plutôt un acte du cœur qui consiste à s’abstenir dans le futur de commettre des péchés. Cette abstinence est à la fois abandon et repos. Elle n’est pas quelque chose que les organes accompliraient péniblement mais elle est détermination, intention ferme qui tranquillise le corps, le cœur et l’âme.

Le plus important, c’est votre vie : votre temps situé entre deux laps de temps. Si vous la perdez vous perdrez votre bonheur et votre salut. Si vous la gagnez tout en gagnant les deux laps de temps de la même manière, vous serez sauvée et vous remporterez le repos, le plaisir et les bienfaits. La sauvegarde de la vie est plus difficile que la réparation du passé et la préparation de l’avenir. La sauvegarder, c’est d'imposer à votre âme ce qui est plus important pour elle et plus à même de lui procurer le bonheur. C’est là que les uns surpassent grandement les autres (voir al-Fawaid, 117).

O Serviteur d’Allah, sollicitez l’assistance d’Allah pour bien mener ce que vous faites. Tournez la page du passé. Essayez de bien vivre le reste de votre vie. Efforcez-vous de trouver une bonne compagnie apte à vous aider dans votre orientation. Si vous pouvez déménager ailleurs pour vous placer à proximité de gens de bien, faites-le car c’est mieux. Observez Allah, Il vous observera : Soyez sincère avec Lui, Il vous donnera une récompense meilleure que ce que vous avez perdu. Allah Très Haut dit : «Ô Prophète, dis aux captifs qui sont entre vos mains: "Si Allah sait qu'il y a quelque bien dans vos cœurs, Il vous donnera mieux que ce qui vous a été pris et vous pardonnera. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » (Coran, 8 : 70).

Nous sommes sûrs que vous le ferez. Et nous attendons un autre message dans lequel vous nous apporterez la bonne nouvelle de votre nouvelle marche vers la lumière puisque nous avons été attristés par votre trébuchement.

Allah le sait mieux.

Islam Q&A
Create Comments