70314: Le problème de l’enthousiasme qui apparaît juste après le repentir pour s’estomper plus tard


Quand l’on se repent on s’y prend avec force et se dit : certes Satan me donne l’ordre d’atténuer (mon ardeur). Puis on augmente les actes d’obéissance puis on tombe dans la tiédeur et se dit : Allah n’impose à personne ce qui dépasse ses capacités. Puis les actes d’obéissance se mettent à diminuer jusqu’à devenir ce qu’ils étaient au départ. Ma question est celle-ci : quel conseil me donnez-vous ? Faut-il commencer les actes d’obéissance avec vigueur ou de façon progressive et attendre de se raffermir avant de les augmenter ou appliquer l’adage qui dit : « quand le vent vous est favorable, profitez-en »?

Louanges à Allah

Le bienfait qui réside dans la bonne guidance et le repentir fait partie des plus importants bienfaits dont Allah Très Haut puisse gratifier le musulman… L’amélioration de l’état (spirituel) de celui-ci le rapproche davantage d’Allah Très Haut. D’habitude, le repentant s’engage avec une grande force dans l’obéissance, histoire de compenser le temps perdu dans l’égarement et le péché. Ce qui est naturel pour toute personne sincère dans son repentir. Notre Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) en a parlé pour expliquer que cet état peut être suivi d’une tiédeur tout aussi naturelle. Ce qui est dangereux pour le repentant en question c’est de laisser la tiédeur perdurer au point de le ramener à son état premier. Il faut bien faire attention à cela. Quand le repentant engagé dans des actes cultuels ressent une certaine torpeur, il doit se modérer et se maintenir au juste milieu et s’imposer la Sunna pour bien préserver son capital et prendre un nouvel élan vers l’obéissance avec plus de vigueur et d’activité. Car partir du juste milieu vaut mieux que de partir de zéro.

D’après Abd Allah ibn Omar (P.A.a) le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « La conduite de toute œuvre est marquée par des hauts et des bas. Heureux sera celui dont l’impulsion s’appuie sur ma Sunna et périra celui dont la léthargie trouve ses motifs ailleurs » (rapporté par ibn Hibban dans son Sahih, 1/187 et déclaré authentique par al-Albani dans Sahihi at-Targhib, 56).

D’après Abou Hourayra (P.A.a), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « La conduite de toute œuvre est marquée par des hauts et des bas. Heureux sera celui dont l’impulsion s’appuie sur ma Sunna et périra celui dont la léthargie trouve ses motifs ailleurs . » Si le sujet sombré dans la léthargie avait déjà fait de son mieux avec modération, j’espère (qu’il ne perdra pas son œuvre) ; s’il n’avait agit que pour acquérir la réputation d’un homme pieux ne le considérez pas » (rapporté par At-Tirmidhi, 2453 et jugé bon par al-Albani dans Sahihi at-Targhib, 57).

Al-Moubarak fouri  (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Toute chose (œuvre) connaît des hauts » signifie engouement, activité et désir de faire du bien ou du mal. « Toute montée est suivie d’une accalmie » c’est-à-dire d’un affaiblissement. « Si le sujet  sombré dans la léthargie avait déjà fait de son mieux» c’est-à-dire s’il avait agi avec modération et évité aussi bien le zèle que le laxisme…  « J’espère … » c’est-à-dire j’espère qu’il sera heureux puisque avec la modération il pourra mener un effort durable. Or les actions les plus aimées d’Allah sont les plus durables.  « Si on le désigne de la main… » c’est-à-dire s’il fait du zèle pour être remarqué dans ses actes cultuels et son ascèse… « Ne le considérez pas » C’est-à-dire comme un homme pieux puisqu’il est hypocrite. Il n’a pas dit : « N’espérez pas en lui » parce qu’il fait allusion à la déchéance de l’intéressé qui a provoqué pour lui même une chute irréparable. Voir Touhfat al-Ahwadhi, 7/126.

Le musulman désireux d’éviter à la fois l’excès de zèle et le laxisme doit tenir le juste milieu ; il ne doit pas faire preuve de zèle dans la pratique du culte de manière à se lasser et abandonner l’effort. Il ne doit pas non plus se détourner de l’effort par paresse et négligence de manière à se délecter dans cette situation et à ne pas reprendre l’effort. Car l’une et l’autre attitude sont mauvaises. Celui qui s’impose la modération est bien parti et celui qui est bien parti atteindra ce qu’Allah aime et agrée.

D’après Abou Hourayra (P.A.a) le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Personne ne sera sauvée grâce à sa seule action ».

-         « Même toi, ô Messager d’Allah ? ! »

-         « Même moi, à moins qu’Allah ne me comble de Sa miséricorde. Menez un effort juste et modéré au début, au milieu et au crépuscule, restez persévérants et modérés vous parviendrez (à vos objectifs » (rapporté par al-Boukhari, 6098).

Al-Hafidh Ibn Hadjar (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde a dit : « Le terme « saddidou » signifie : menez un effort juste et modéré. Le terme « qaribou » signifie ne faites pas de zèle dans la pratique cultuelle au point de vous exténuer puisque cela peut vous faire tomber dans la lassitude et l’abandon de l’effort, ce qui serait laxiste. L’expression : Ughdou wa rouhou wa shayan min ad duldja » signifie : marchez au début, au milieu de la journée et au crépuscule. Le terme duldja signifie marche nocturne d’où l’expression : saara duldjatan c’est-à-dire il a marché une heure de la nuit. C’est pourquoi le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a employé l’expression : « shay’oun min ad-duldja » car il est difficile de marcher toute la nuit.

Le hadith implique une exhortation à la modération dans la pratique cultuelle. L’emploi du terme « marcher »  vise à rappeler que le fidèle pratiquant est comme un individu qui chemine vers sa destination finale qui est le paradis.

L’expression : al qasd’ al-qasd signifie : restez sur la voie de la modération. Le deuxième terme renforce le premier ». Voir Fateh al-Bari, 11/297.

En somme, nous vous invitons à réfléchir sur les hadith précédents ; il faut méditer sur leur sens. Sachez que le repentir doit s’accompagner de gratitude qui s’exprime par le maintien des exigences du repentir. C’est poursuivre les actes d’obéissance. Sachez que les actions les plus aimées d’Allah sont les plus durables, même si elles sont quantitativement peu importantes (hadith rapporté par al-Boukhari  et Mouslim). Ne prenez pas un élan trop fort ; ne baissez pas complètement les bras. Restez modéré car c’est dans votre pouvoir. Chaque fois que vous vous sentez en forme profitez-en pour bien obéir à Allah. Chaque fois vous sentez le manque d’énergie ou la lassitude, choisissez un rythme d’effort modéré.

Nous demandons à Allah de faciliter vos affaires et de vous inspirer les meilleures actions, les meilleures paroles et les meilleures mœurs. Allah le sait mieux .

Islam Q&A
Create Comments