9786: L’authenticité du hadith : « Quiconque récite le verset du Trône au sortir de chaque prière … »


Que dites-vous du hadith rapporté par Abou Umama selon lequel le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « quiconque récite le verset du Trône au sortir de chaque prière prescrite entrera au paradis dès sa mort » ?

Date de Publication: 2003-04-04

Louange à Allah

Ce hadith est cité par an-Nassaï dans le chapitre : « les actes du jour et de la nuit ». Il est aussi cité par Ibn as-Sunni dans « les actes du jour et de la nuit ». il est encore cité par at-Tabarani dans al-kabir et par d’autres qui l’ont rapporté d’après Muhammad ibn Himmyar d’après Muhammad Ibn Ziard al-Alhani d’après Abou Umama d’après le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui). La chaîne  de ses rapporteurs  est acceptable. Ibn Hibban le juge même authentique dans Kitab as-Salat d’al-Moundhiri, Ibn Abd al-Hadi et Ibn Kathir sont du même avis. Ibn al-Djawzi est allé trop loin en le citant dans son livre consacré aux hadith apocryphes. Mais son avis n’est pas partagé. Cependant seul Muhammad ibn Himyar a rapporté ce hadith d’après al-Albani. Ce qui peut être interprété comme un signe de faiblesse. D’autant plus qu’al-Fassawi (Puisse Allah lui accorder sa miséricorde) a dit : « Muhammad ibn Himyar n’est pas très solide ». Ibn Ma’in l’a contredit en disant qu’il était sûr. L’imam Ahmad a dit aussi : « Je ne connais de lui que du bien » An-Nassaï a dit : « Il n’est pas mal ».

Le hadith repose sur une bonne chaîne, mais ne fait pas partie des informations authentiques (selon la terminologie consacrée). Un tel hadith est cependant acceptable pour ces considérations : d’abord :

1/ l’imam an-Nassaï (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) l’a rapporté sans en déceler une faiblesse. Il l’a même déclaré authentique dans al-moukhtara.

2 / Le hadith ne fait pas partie des bases des dispositions législatives.

Enfin, quand un hadith est rapporté par un seul homme véridique, on l’accepte si des indices prouvent que le rapporteur maîtrisait ses connaissances. Ce qui était le cas de Muhammad ibn Himyar. D’autres versions confirment le contenu du hadith. Elles proviennent d’al-Moughira ibn Shouba, d’Abi Massoud et d’Ali Ibn Abi Talib. Mais rien de cela n’est authentique. Allah le sait mieux.

Cheikh Soulayman ibn Nassir al-Alwan.
Create Comments