45207

Pouvons-nous nous efforcer à pratiquer le culte avec la même intensité que nos premiers devanciers ?

Les pieux prédécesseurs se distinguèrent par leur amour pour le culte et le grand effort qu’ils y déployaient. Ce fut le cas quand ils priaient la nuit ou lisaient le Coran pour le mémoriser… Pourrions-nous, générations de ce siècle, réaliser une petite partie de cela en dépit des troubles qui nous envahissent de tous bords ?

Louanges à Allah

L’un d’entre nous peut bien s’évertuer à rivaliser avec ces hommes là dans la pratique cultuelle. Il faut se mettre à exécuter ce que la Charia a prôné, ce que l’Islam a prescrit. Le musulman doit nourrir des ambitions qui secouent les montagnes. On dit que les ambitions des hommes déracinent les montagnes (ou par leurs ambitions, les hommes peuvent déraciner les montagnes ).

Les Compagnons fournissent le meilleur exemple pour les membres de la Umma pour ce qui est de l’obéissance (à Allah) et de la pratique cultuelle. Ce qui n’a pas empêché les générations postérieures de chercher à rivaliser avec dans la pratique cultuelle, dans l’espoir qu’ils (les Compagnons) ne seront pas les seuls à mériter l’héritage (spirituel) du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui). Ecoute l’un de leurs successeurs pour bien admirer l’ampleur de son ambition. Abou Mouslim al-Khamlani (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Les compagnons de Muhammad croient-ils qu’ils vont s’accaparer de lui, sans nous ? Par Allah ! Non. Nous allons nous bousculer avec eux de manière à leur faire savoir qu’ils ont laissé des hommes derrière eux !Quand, priant la nuit, ses pieds ressentaient la fatigue, ils frappaient le sol avec et prononçaient ces propos. Ce sont ces ambitions qui permettent au musulman de s’acquitter des actes d’obéissance et des pratiques cultuelles. Voilà la bonne émulation prescrite dans ces propos du Très Haut : « Que ceux qui la convoitent entrent en compétition (pour l' acquérir) » (Coran,83 :26).

Si les générations postérieures étaient incapables d’accomplir de grandes actions dans le domaine de l’obéissance (à Allah) et des pratiques cultuelles, Allah n’y aurait pas exhorté tous Ses serviteurs et ne leur aurait pas promis une généreuse récompense pour ces actions, et le Prophète n’aurait pas émis l’important testament que voici : « Profite de cinq avant cinq ;

-         profite de ta vie avant l’avènement de ta mort ;

-         profite de ta santé avant ta maladie ;

-         profite de ton temps libre avant d’être occupé ;

-         profite de ta jeunesse avant ta vieillesse ;

-         profite de ta richesse avant de devenir pauvre (déclaré authentique par al-Albani (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dans Sahihi wa dhahif al-dajmi as saghir.

Il y a là un appel lancé à nous pour que nous passions notre temps dans l’obéissance avant que la mort ne nous surprenne ; que nous profitions de notre santé avant l’affaiblissement et la maladie – le bien portant étant capable de ce que la malade ne peut pas faire - ; que nous profitions du temps d’oisiveté avant d’être occupés par les femmes, les enfants et les travaux ; que nous profitions de notre jeunesse avant la vieillesse et la faiblesse et que nous profitions de notre richesse en faisant des aumônes et des dépenses avant d’être privés de moyens.

Parmi les contemporains, il y a de brillants exemples, des gens exemplaires dans leur obéissance et leurs pratiques cultuelles. Dieu merci, aucun des siècles de l’histoire des musulmans n’en a été dépourvu. Ces gens encouragent les autres à s’acquitter des actes et paroles qu’Allah aime et agrée.

Il y a parmi nos contemporains des gens qui ont passé leurs vies dans le djihad au point d’accepter le sacrifice suprême pour mériter le paradis, il y en a d’autres qui n’ont cessé de rechercher le savoir, depuis leur âge de discernement jusqu’à leur mort ; il y en a d’autres qui ont toujours perpétué les prières nocturnes et ne les ont jamais abandonné : ni pendant leurs voyages ni pendant leur séjour ; il y en a d’autres qui ont dépensé tous leurs biens dans le chemin d’Allah le Très Haut et n’ont jamais eu à acquitter la zakate ( faute d’épargne); il y en a qui se sont entièrement mis à la disposition des musulmans pour intercéder en faveur des uns, pour satisfaire les besoins d’autres ou pour répondre aux questions à ceux qui en posent et éclairer celui qui veut connaître un point de la religion, pour instruire tout en exhortant tous à bien faire .

Frère ! Les brillantes images qui se dégagent de la vie de nos ulémas, de nos imams et de nos combattants de la foi ne manquent pas. Vous trouverez dans leurs vies ce qui vous incite à vous livrer à l’obéissance et vous apprend qu’il est toujours possible de rivaliser avec les anciennes. Regardez les vies des trois imams : Abd al-Aziz ibn Baz, Al-Albani et Ibn Outhaymine. Vous y trouverez l’érudition, l’enseignement, le sérieux dans l’effort, la prodigalité dans les dépenses (au profit de tous) l’intercession et l’appel (à l’Islam).

Les musulmans ne cessent de fournir de très beaux exemples dans leur combat contre les infidèles sur toute l’étendue de la terre.

Le domaine de la mémorisation du Coran comporte de nombreux exemples ; bien des gens ont appris le Coran par cœur avant l’âge de 8 ans. On a même trouvé quelqu’un qui a appris le Coran par cœur en deux mois, voire en un mois.

Le musulman soucieux de se livrer à l’obéissance et à la pratique cultuelle, celui qui désire rivaliser avec ses contemporains et prédescesseurs animés de grandes ambitions ; celui-là doit se méfier de certaines choses :

Premièrement, se laisser distraire de la vie future et de la grande récompense qui y sera obtenue. A ce propos, Ibn al-Qayyim (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit dans Badaai al-fawaid (p. 98) : « la suffisance et l’inadvertance vident le cœur, et la crainte d’Allah et Son rappel le meublent .»

Deuxièmement, ne pas se rivaliser avec les gens qui s’acharnent exclusivement aux choses d’ici-bas. Il faut leur laisser ces choses-là pour s’occuper d’autres plus sublimes ; il faut éviter de faire de ce monde l’objet de ses plus grandes connaissances et préoccupations ; il faut manipuler bagages et biens sans les avoir au cœur.

Troisièmement, éviter les atermoiements ; il faut s’empresser à accomplir les actions en réponse à l’ordre d’Allah le Très Haut : « Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux,» (Coran, 3 : 133) et : « Hâtez- vous vers un pardon de votre Seigneur ainsi qu' un Paradis aussi large que le ciel et la terre…» (Coran, 57 : 21).

Allah est le garant de l’assistance.

Islam Q&A
Create Comments