ar

151005: Elle soufre d'un envoutement qui a une incidence sur son assiduité à la prière


Ma mère est victime de la magie noire depuis huit à neuf ans. Elle n'en savait rien auparavant. Les effets de la magie étaient tellement forts qu'ils l'éloignaient du chemin de la vertu. Elle n'observait plus la prière, même sommairement. De sorte que, même quand on lui donnait l'ordre d'observer la prière, elle piquait une colère rouge sans raison, bien qu'elle-même exhortât les gens à accomplir la prière. Une fois , elle a tenté de prier puis elle dit qu'elle ne pouvait pas le faire. Voilà pourquoi je me trouve dans la nécessité de demander si elle est coupable en dépit de son envoutement qui l'empêche d'agir volontairement. Je m'efforce encore à annuler les effets de cet envoutement à l'aide d'exorcisions religieuses. Nous avons même sollicité le concours d'un cheikh. Il s'est efforcé de la guérir en vain puisque sans effet. Cela est il dû à un manque de piété de notre part? Puisse Allah vous récompenser par le bien.

Date de Publication: 2011-09-26

Louanges à Allah

Nous demandons à Allah Très haut de guérir votre mère et de lui rendre son bien-être. Nous vous conseillons de continuer le traitement religieux, notamment la multiplication des invocations et de l'aumône. Ce qui constitue un remède et un moyen de mettre fin aux épreuves.

Si la magie ou l'envoutement laissent des effets assez forts pour empêcher parfois la victime d'observer la prière  ou la pousse vers la colère ou à proférer des propos indécents, tout cela ne dépend pas d'elle. Aussi est elle excusée. Elle doit toutefois rattraper la prière quand elle aura recouvré ses facultés mentales. Allah le Puissant et Majestueux éprouve son fidèle serviteur comme il l'entend pour expier ses fautes ou élever son grade. La guérison peut tarder à se réaliser pour de nombreuses raisons dont celles-ci: le désir d'accroitre les bienfaits de la personne éprouvée, de renforcer  son attachement à son Maître, d'accentuer son abaissement et son humilité en face de Lui, d'augmenter son besoin  du  pardon et de la miséricorde divins. Le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) dit: « Toute fatigue, tout épuisement, toute affliction, tout chagrin et tout préjudice, fût-ce la piqure d'une épine, tout cela entraîne pour lui (le croyant) l'expiation de ses fautes.» (Rapporté par al-Boukhara,5642 et par Mouslim,2573).

  At.-Tirmidhi (2399) a rapporté d'après Abou Hourayra que le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit: «Les épreuves ne cessent de s'acharner sur le croyant ou la croyante. Elles affectent sa personne, ses enfants et ses biens de sorte à le débarrasser de toute faute au moment où il rencontrera Allah.»

At.-Tirmidhi (2398) et Ibn Madja (4023) ont rapporté d'après Mous'ab ibn Saad qui le tenait de son père qui dit: « J'ai dis: ô Messager d'Allah, qui sont les hommes qui subissent les plus dures épreuves? » - Les prophètes puis les meilleures après eux puis les meilleurs après ceux-là. Ensuite, chacun sera éprouvé selon l'état de sa foi. Si celle-ci est très solide, l'épreuve subie sera très dure. Si elle est faible, le fidèle subit une épreuve appropriée. Le fidèle ne cesse de subir des épreuves jusqu'à ce qu'il marche sur la terre débarrassé de toute faute.» (Déclaré authentique par al-Albani dans Sahihi at.-Tirmidhi)

Le retard de la guérison n'est pas forcément dû à la faiblesse du prédicateur sollicité à cet effet ni à son manque de piété. C'est plutôt une affaire qui relève du décret qu'Allah prend quand Il veut et comme Il veut. Aussi continuez à l'Invoquer et à employer le traitement religieux.

Il faut éviter de recourir aux magiciens et aux charlatans car ils ne feront qu'aggraver la situation.

Nous demandons à Allah de hâter sa guérison et de faire de son malheur un moyen d'expier ses fautes et de lui procurer une récompense.

Allah le sait mieux.

Islam Q&A
Create Comments