Thu 17 Jm2 1435 - 17 April 2014
34778

Les effets du pèlerinage et ses objectifs entre ce qui se passe et ce devrait se passer

J’ai vu à la télévision les foules de pèlerins arrivant auprès de la Sainte Maison d’Allah. Ce splendide spectacle m’a ému et fais verser des larmes… Si seulement j’étais avec eux pour remporter un important gain !
O maître, ma question est la suivante : ce grand rassemblement a-t-il un effet sur l’individu musulman et sur l’ensemble des adeptes de l’Islam ? De quoi on demande au pèlerin qui se dirige vers la Sainte Maison d’Allah de se souvenir ?

Louange à Allah

Nous vous remercions pour cette question et cet intérêt et nous demandons à Allah de pardonner au pèlerin ses péchés et de réaliser le désir de celui qui veut faire le pèlerinage et de lui épargner ce qu’il craint.

Amen ! Amen !

Cela dit, le pèlerinage a de grands objectifs et de nobles desseins. En voici quelques uns :

1/ Etablir un lien avec les Prophètes qui se sont succédés depuis notre père Ibrahim, bâtisseur de la Maison jusqu’à notre Prophète Muhammad (bénédiction et salut soient sur lui) qui a restauré le caractère sacré de La Mecque. Ce lien se traduit chez le pèlerin qui fréquente les lieux saints pour accomplir les rites du pèlerinage par le fait de se souvenir de leur fréquentation par ces gens purifiés.

Mouslim a rapporté (n° 241) d’après Ibn Abbas qu’il a dit : « nous marchions en compagnie du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) entre La Mecque et Médine quand nous traversâmes une vallée. A cet instant, il dit : « quelle est cette vallée ? » – « La vallée d’Azraq » – « C’est comme si je voyais Moïse (psl) les doigts sur les oreilles et prononçait à très haute voix la talbiyya pendant qu’il traverse cette vallée ».  – Nous poursuivîmes notre marche et arrivâmes à un col (thaniyya) – « Comment s’appelle cette passe ? – « elle s’appelle Hartha ou Lift » – « C’est comme si je voyais Jonas monté sur une chamelle rouge, et vêtu d’un manteau en laine, tenant les brides de sa monture constitué de tiges et traversant cette vallée et prononçant la talbiyya.

2/ Le port d’une tenue blanche propre constitue un signe de la pureté intérieure du cœur et de la clarté du message et de la voie à suivre. La tenue implique l’abandon de la parure, la manifestation de l’humanité et le rappel de la mort puisque la tenue ressemble au linceul et insinue la disponibilité à se présenter à Allah, le Puissant et Majestueux.

3/ L’entrée en état de sacralisation (ihram) à partir des lieux destinés à cet effet exprime la servitude à l’égard d’Allah marquée par l’obéissance et la soumission à Son ordre et à Sa loi. Aussi, personne ne doit dépasser lesdits lieux (sans se sacraliser) puisque tel est l’ordre d’Allah qui s’exprime dans Sa loi. Ceci traduit l’unité de la Umma et sa discipline organisationnelle qui devraient exclure la division et la divergence à propos de la fixation desdits lieux.

4/ Le pèlerinage est une expression pratique du tawhid. C’est ce qu’annonce le pèlerin dès le début, comme le dit Djabir ibn Abd Allah dans sa description du pèlerinage du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « Il (le Prophète) proclama le tawhid :

« Labbayka allahoumma labbayka

Labbayka la sharika laka labbayka

Inna al-hamda wa an-ni’mata lakawal moulk

Laa Sharika laka.» (rapporté par Mouslim, n° 2137).

Voir la question n° 21617.

5/ Se souvenir de l’au-delà quand les pèlerins se rassemblent sur l’esplanade  d’Arafa et ailleurs de manière que personne ne se distingue de personne puisque les différences disparaissent et personne n’est supérieure à personne.

6/ Le pèlerinage est un symbole de l’unité car il rend les pèlerins égaux dans leur tenue, dans leurs actes, dans les rites qu’ils observent, dans la qibla (direction de La Kaaba) vers laquelle ils se dirigent et les lieux qu’ils fréquentent. Aucun pèlerin n’est supérieur à un autre ; ni roi, ni sujet, ni riche, ni pauvre car tous se valent. Ici, les pèlerins sont égaux en droits et en devoirs devant la Maison sacrée. il n'y a aucune différence fondée sur la couleur ou la nationalité et il n’est donné à personne de les diviser. L’unité règne aussi bien au niveau des sentiments que dans l’accomplissement des rites, dans les objectifs, dans les actes et dans les paroles : « Les gens sont tous issus d’Adam et celui-ci est issu de la terre. L’arabe n’est point supérieur au non arabe ni le blanc au noir, si ce n’est grâce à la piété ».

Plus de deux millions de musulmans se rassemblent en même temps au même endroit, vêtus de la même manière, visant le même objectif, ayant le même slogan, invoquant le même maître et soumis au même prophète .. Quelle unité pourrait elle être plus importante que celle-là ?

Le Très Haut a dit : «Mais ceux qui mécroient et qui obstruent le sentier d' Allah et celui de la Mosquée sacrée, que Nous avons établie pour les gens: aussi bien les résidents que ceux de passage... Quiconque cherche à y commettre un sacrilège injustement, Nous lui ferons goûter un châtiment douloureux, » (Coran, 22 : 25).

7/ Eduquer les gens de manière à ce qu’ils se contentent du plus simple en matière d’habillement et de logement puisque la tenue du pèlerin est composée de deux morceaux et son gîte d’un réduit qui lui permet juste de dormir.

8/ Intimider les mécréants et les égarés par le biais de ce grand rassemblement. Celui-là constitue en effet la preuve de la possibilité de rassembler les musulmans en dépit de leurs divisions et de leurs divergences réelles.

9/ Expliquer l’importance du rassemblement et de la cohésion pour les Musulmans. D’habitude, les gens voyagent tous seul, mais, en pèlerinage, ils se déplacent en groupe…

10/ Connaître la situation des Musulmans grâce à des contacts noués avec des personnes sûres. Ces contacts permettent au musulman d’entendre son frère venu d’ailleurs sur la situation dans son pays.

11/ Favoriser l’échange de profits et d’expériences entre tous les musulmans.

12/ Réunir des intellectuels, des ulémas et des autorités (politiques) de tous les pays musulmans pour qu’ils étudient ensemble les conditions de vie des musulmans, leurs besoins notamment la nécessité de leur solidarité et de leur entraide.

13/ Réaliser la vraie servitude envers Allah, le Très Haut à travers le séjour dans les lieux de culte puisqu’on quitte la sainte mosquée, le meilleur endroit sur terre, pour aller stationner à Arafa.

14/ Obtenir le pardon des péchés conformément à la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « Quiconque fait le pèlerinage sans se livrer à des propos ou actes licencieux ou de désobéissance en sera sortie débarrassé de ses péchés comme au jour de sa naissance ».

15/ Ouvrir la porte de l’espérance aux pécheurs et les entraîner à les abandonner définitivement pendant leur séjour ans les Lieux Saints où ils cessent une bonne partie de leurs mauvaises habitudes.

16/ Expliquer que l’Islam est la religion de l’ordre. En effet, en pèlerinage, les rites sont organisés dans le temps et dans l’espace de sorte que tout acte  a son temps et sa place.

17/ S’entraîner à dépenser dans les différentes rubriques de la charité et s’éloigner de l’avarice. En effet, le pèlerin dépense beaucoup de biens pour couvrir ses frais de transport et de séjours aux lieux saints.

18/ Acquérir la vraie piété, celle des cœurs qui s’obtient grâce au respect des pratiques cultuelles établies par Allah et à propos desquels Il dit : «Voilà (ce qui est prescrit). Et quiconque exalte les injonctions sacrées d' Allah, s' inspire en effet de la piété des cœurs. » (Coran, 22 : 32).

19/ Entraîner les riches à se passer de leurs privilèges en matière vestimentaire et de logement et à accepter l’égalité avec les pauvres dans les pratiques du pèlerinage comme la circumambulation, la marche et la lapidation des stèles. Ceci revient à leur apprendre à rester humbles et à  ne reconnaître à la vie d’ici-bas que peu de valeur.

20/ Perpétuer les actes d’obéissance et le rappel d’Allah le Très Haut pendant les jours du pèlerinage, période où le pèlerin passe d’un rite à un autre et d’un acte à un autre, à l’instar de celui qui participe à un séminaire annuel intensif, pour apprendre à obéir à Allah et à Le rappeler.

21/ S’entraîner à bien faire au profit des autres, à guider l’égaré, à instruire l’ignorant, à secourir le pauvre et à soutenir le faible et l’incapable.

22/ Acquérir les bonnes mœurs comme la clémence et l’endurance puisque le pèlerin ne peut éviter de s’exposer à la bousculade, à l’adversité et d’autres (comportements gênants). A ce propos, le Très Haut dit : «197- Le pèlerinage a lieu dans des mois connus. Si l' on se décide de l' accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage. » (Coran, 2 : 197).

23/ S’entraîner à l’endurance, à supporter des difficultés comme la chaleur, la longue marche, l’éloignement, les va et viens entre les lieux du pèlerinage et la bousculade.

24/ S’entraîner à abandonner les habitudes, les traditions et des pratiques courantes. Car le pèlerin est tenu de découvrir sa tête et de se débarrasser de ses vêtements (habituels). Il ne retrouve plus ce à quoi il s’est habitué en matière de logement et de nourriture.

25/ La marche entre Safa et Marwa lui permet de se rappeler que celui qui obéit à Allah, se confie à Lui et s’accroche à Lui, ne peut être privé de Son soutien. Bien au contraire, Allah élèvera son nom. Ce fut le cas de Hadjar, la mère d’Ismaïl qui dit à Abraham : « Est-ce Allah qui a donné l’ordre d’agir ainsi ? » – « Oui » – « Donc, Il ne nous abandonnera pas ». En effet, Allah a élevé son nom, et les gens, y compris les prophètes, ne cessent de perpétuer son geste.

26/ S’apprendre à ne pas désespérer du soulagement qui vient d’Allah, quelle que soient l’intensité et la gravité des difficultés. En effet, Allah peut apporter le soulagement. La mère d’Ismaïl et son enfant ont failli périr après qu’elle s’était mise à courir d’une montagne à une autre, histoire de trouver un soulagement et elle l’a obtenu là où elle ne s’y attendait pas. Car l’ange est descendu et a frappé le sol pour faire jaillir l’eau de zam-zam apte à guérir les maladies du cœur (spirituelles) et celles du corps.

27/ Le pèlerin se souvient pendant son séjour aux Lieux Saints qu’il est dans l’hospitalité du Clément. Le rassemblement créé par le pèlerinage ne résulte pas d’une invitation émise par un gouvernement ou une institution ou un roi ou président. C’est plutôt le résultat d’une invite lancée par le Maître de l’Univers. Car c’est lui qui en a fait l’occasion d’une rencontre entre les musulmans marquée par l’égalité qui fait que personne n’est supérieure à personne. C’est dans ce sens que le Très Haut dit : «Et fais aux gens une annonce pour le Hajj. Ils viendront vers toi, à pied, et aussi sur toute monture, venant de tout chemin éloigné, » (Coran, 22 : 27).

An-Nassaï a rapporté (n° 2578) qu’Abou Hourayra a dit : « le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « trois sont des hôtes d’Allah : le combattant (dans le chemin d’Allah), le pèlerin et celui qui effectue la Oumra" » (déclaré authentique par al-Albani dans Sahihi an-Nassaï, 2462).

28/ Confirmer sa loyauté à l’égard des croyants. C’est dans ce sens que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dit : « votre sang, votre honneur et vos biens sont aussi inviolables que ce jour, ce mois et cette terre » (rapporté par al-Boukhari, n° 65 et par Mouslim, 3180).

29/ La saison du pèlerinage laisse apparaître la rupture totale qui isole les mécréants et les polythéistes et exclut leur présence sur ces Lieux sous quelque forme que ce soit. Car l’accès au sanctuaire leur est interdit en tout temps et quel que soit le motif (pour lesquels ils voudraient y accéder). A ce propos, le Très Haut dit : «Ô vous qui croyez! Les associateurs ne sont qu' impureté: qu' ils ne s' approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année- ci. Et si vous redoutez une pénurie, Allah vous enrichira, s' Il veut, de par Sa grâce. Car Allah est Omniscient et Sage. » (Coran, 9 : 28).

Al-Boukhari a rapporté d’après Abou Hourayra qu’il a dit : « Abou Bakr m’a envoyé pendant ce pèlerinage là ( celui de l’an X) en compagnie d’un groupe d’annonceurs chargés au cours du jour du Sacrifice d’annoncer ceci : « aucun polythéiste n’est autorisé à participer au pèlerinage à partir de cette année et nul ne pourra plus tourner autour de la Maison nu ».

Allah le Très Haut le sait mieux.

Puisse Allah bénir et saluer notre Prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons.

Dr Yahya ibn Ibrahim al-Yahya

Source : le site de Cheikh Yahya al-Yahya.
Create Comments