Vendredi 8 Rabii 1 1440 - 16 novembre 2018
Français

Un garçon juif qui s’interroge sur l’Islam

question

Je vis au domicile d’un juif, mais je lis sur le Coran et l’Islam depuis longtemps. Je crois que l’Islam représente la voie droite et je voudrais en apprendre davantage. Peut-être deviendrai-je musulman. Que devrais-je faire ?

texte de la réponse

Louange à Allah

Peut-être serez-vous un garçon dont Allah voudra du bien. Nous apprécions à sa juste valeur le fait que, bien que vivant au sein d’une famille juive, vous ayez pu lire sur l’Islam et le Coran pendant longtemps et voulu en connaître davantage et reconnu que l’Islam est la vraie religion. Tout cela représente une réalisation importante et un pas considérable en avant qui mérite d’être encouragé. Votre recherche de la vérité à cet âge traduit la force de votre esprit et le caractère sain de votre raisonnement.

Nous vous félicitons pour cette orientation de vote réflexion. Vous devez procéder à d’autres lectures et recherches et examiner le contenu des sites islamiques sains du réseau Internet. Vous trouverez dans les méandres de ces sites une masse d’informations et des réponses données à des questions posées par des personnes vivant dans des situations semblables à la vôtre.

Venez avec nous pour lire l’histoire de ce garçon juif contemporain du Prophète Muhammad (bénédiction et salut soient sur lui).

D’après Anas (P.A.a) un garçon juif servait dans la maison du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui). Un jour il tomba malade et le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) alla s’enquérir de son état de santé et le trouva en agonie. Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) l’invita à se convertir à l’Islam et le garçon regarda son père qui se tenait debout près de sa tête. Son père lui dit : «Obéis à Aboul Qassim (un sobriquet du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui). Il se convertit puis rendit l’âme. Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) le quitta en disant :  Louange à Allah qui le sauva de l’enfer grâce à moi  (rapporté par l’imam Ahmad, 12896 et cité dans le Sahih de Boukhari, 1268).

Venez ! Convertissez-vous comme votre prédécesseur afin d’être sauvé de l’enfer et d’accéder à un paradis aussi vaste que les cieux et la terre.

Nous voudrions vous offrir ce récit authentique qui constitue une grande leçon, un sermon touchant tiré de la vie d’un garçon à la recherche de la vérité et qui a bénéficié de l’assistance divine.

D’après Abd Rahman Ibn Abi Layla qui le tenait de Souhayb le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : «  Il y avait parmi vos prédécesseurs un roi qui avait un magicien. Quand celui-ci devint âgé, il dit au roi : « J'ai vieilli. Envoie-moi un garçon pour que je lui apprenne la magie. Le roi lui envoya un garçon à former. Quand le garçon se rendait au magicien, il passait près d’un moine et l’écoutait et admirait ses propos.

Il continua ainsi  de transiter chez le moine avant de se rendre auprès du magicien. Quand il arriva auprès de ce dernier une fois, il le frappa. Le garçon se plaignit auprès du moine et celui-ci lui dit : «  Si tu crains le magicien, tu lui diras :  J’ai été retenu par ma famille  et si tu crains ta famille, tu leur diras :  J’ai été retenu par le magicien . Pendant qu’il se livrait à cet exercice, il tomba sur une énorme bête qui bloquait les gens et il se dit :  Aujourd’hui je saurais qui du magicien ou du moine est meilleur . Ensuite, il saisit une pierre et dit : « Mon Seigneur, si l’état du moine vous est préférable à celui du magicien, tue cette bête avec cette pierre pour que les gens puissent passer. Puis il lui jeta la pierre qui la tua du coup. Et les gens traversèrent. Par la suite, il alla en informer le moine et celui-ci lui dit : « Fiston, aujourd’hui, tu es meilleur que moi car tu possèdes l’état que tu viens de constater. Tu subiras une épreuve, mais alors ne me dénonce pas. Le garçon continua de guérir les sourds muets et traiter des gens souffrant de toutes sortes de maladie. Un des courtisans du roi, qui était aveugle, apprit la nouvelle, se présenta au garçon avec beaucoup de cadeaux et lui dit :   Il y en a bien d’autres si tu me guéris . Le garçon lui dit : «  Je ne guéris personne. C’est Allah qui assure la guérison. Si tu crois en Allah, je Le prierai en ta faveur et Il te guérira. L’aveugle crut et Allah le guérit. Ensuite il retourna au roi et reprit sa place et le roi lui dit :  Qui t’a rendu la vue ? - Mon Maître  répondit-il . - Et tu as donc un autre maître que moi ?  -  Mon Maître qui est aussi le tien est Allah.  Dit-il. Le roi le fit arrêter et ne cessa de le faire torturer jusqu’à ce qu’il dénonçât le garçon. On fit venir le garçon et le roi lui dit :   Fiston, ta maîtrise de la magie est telle que tu peux l’utiliser pour guérir le sourd-muet et le lèpreux et peux faire telle et telle chose.  - «Je ne guéris personne. C’est plutôt Allah qui guérit (les gens). Le roi se saisit de lui et le fit torturer jusqu’à ce qu’il dénonça le moine. Et puis on fit venir ce dernier et lui dit de renier sa religion. Ce qu’il refusa. On apporta alors une scie, le plaça au milieu de sa tête et scinda son corps en deux parties. Et puis on fit venir l’ancien courtisan du roi et lui dit de renier sa religion. Ce qu’il refusa. On plaça la scie au milieu de sa tête et scinda son corps en deux tranches. Et puis on fit venir le garçon et lui dit de renier sa religion. Ce qu’il refusa. Le roi le remit alors à un groupe de ses agents et leur dit de l’emmener au sommet d’une montagne et de lui demander de renier sa foi sans quoi ils devaient le jeter du haut de la montagne. Une fois sur place, le garçon dit :   Mon Seigneur, protège moi contre eux par les moyens de ton choix . La montagne se secoua et ils tombèrent. Quant à lui, il retourna à pied auprès du roi. Celui-ci lui dit :  Qu’est-ce que tes compagnons ont fait ?  -  Allah m’a protégé contre eux.  Dit le garçon. Le roi le remit à un autre groupe de ses agents et leur dit : « Emmenez-le et mettez-le dans une embarcation et allez loin dans la mer et demandez lui de renier sa foi sans quoi vous le jetterez à l’eau. Arrivé sur place, il dit :  Mon Seigneur, protège-moi contre eux.  et l’embarcation chavira et ils se noyèrent tous sauf lui. Il retourna à pied auprès du roi. Celui-ci lui dit :  Qu’est-ce que tes compagnons ont fait ? - Allah m’a protégé contre eux . Dit le garçon avant d’ajouter :  Tu ne me tueras pas avant de faire ce que je te demande . -  De quoi s’agit-il ?  - « Tu rassembles les gens sur une grande place, puis me crucifies sur un tronc puis tu prends une flèche de mon carquois. Puis tu poses la flèche au milieu de l’arc puis tu dis :  Au nom d’Allah, le Maître de ce garçon . Puis tu lances le coup. Si tu fais cela tu parviendras à me tuer. » Il rassembla les gens sur une place, crucifia le garçon sur un tronc, tira une flèche de son craqouis, posa la flèche au milieu de l’arc, dit :  Au nom d’Allah, le Maître de ce garçon  Puis il tira un coup et la flèche l’atteignit à la tempe. Le garçon mit sa main à sa tempe autour de la flèche puis il mourut.

Les gens dirent à l’instant :  Nous croyons au Maître du garçon ! Nous croyons au Maître du garçon ! Nous croyons au Maître du garçon ! L’on alla alors dire au roi : as-tu vu ce que tu craignais ; les gens ont cru . Il donna l’ordre de creuser des fossés à l’entrée des rues et les fit allumer et donna l’ordre d’y jeter toute personne qui refusait de renier sa foi ou de l’obliger à s’y jeter. Ils passèrent tous au feu . et puis une femme arriva en compagnie de son enfant et elle recula devant le feu mais son enfant lui dit :  Maman, sois patiente, tu as raison.  (rapporté par Mouslim, 5327).

Après ce récit émouvant portant sur la connaissance de la vérité et son adoption, nous voudrions vous dire : si vous pensez que les membres de votre famille vous persécuteront en cas de conversion, dissimulez celle-ci et accomplissez les prières secrètement jusqu’à ce qu’Allah tranche en ta faveur.

Bienvenue à vous en tant que lecteur, interrogateur et frère en Islam très bien tôt, s’il plaît à Allah.

Source: Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

Envoyer les observations