Jeudi 18 Safar 1441 - 17 octobre 2019
Français

Il conclut des contrats à propos de la rédaction, de la traduction et de la conception puis il les fait exécuter par d'autres

question

Vendre un objet qu’on ne possède pas fait partie des ventes prohibées. Ceci s’applique à tout car il ne se limite pas aux marchandises. Est-ce exact? Certes, il y a un moyen d’éviter de vendre ce que l’on ne possède pas. Le problème est que les services ne sont pas assimilables aux marchandises et produits concrets que je peux acheter et revendre. En matière de conception, par exemple, chaque personne veut qu’on lui conçoive une chose déterminée. Il en est de même de l’écriture car chaque demandeur veut qu’on traite un sujet déterminé. Idem pour la programmation et le développement … On ne peut savoir ce que veut un client qu’après la présentation expliquée de sa commande . En ce qui me concerne, je veux proposer sur le réseau Internet des services comprenant: la rédaction de textes, la traduction, la conception de programmes, et le développement de site, etc). Certains services me prennent beaucoup de temps tandis que je ne maitrise pas d’autres. J’ai trouvé quelqu’un pour fournir ces service contre un prix inférieur au mien. Puis-je proposer aux clients des offres portant sur des services dont je ne peux pas fournir certains et que je confierais , une fois demandés, à un fournisseur contre un prix inférieur à celui que je réclame? Faudrait-il qu’il y ait auparavant un accord entre moi et le demandeur de service ?
Importante remarque:
Les sites partenaires auxquels nous rendons ces services ne versent pas les sommes au fournisseur avant la réception et l’agrément du produit. Nous espérons recevoir une réponse détaillée afin d’être bien édifié. Puisse Allah vous bénir et augmenter votre savoir.

texte de la réponse

Louanges àAllah

Il existe une différence entre le fait de vendre des articles et effets de commerce que l’on ne possède pas encore et la conclusion de contrats pour un travail àfaire. Ceci consiste àrecruter un agent pour réaliser un travail. Il est permis de donner son accord pour accomplir une tâche précise avant d’en confier l’exécutionàquelqu’un contre un salaire inférieur pour pouvoir percevoir la différence. Si toutefois l’accord précise que c’est le signataire qui doit assurer l’exécution personnellement ou s’il a étéchoisi délibérémentpour un avantage spécial que le client exige du signataire, (le recours àla sous-traitance est exclu). C’est comme quelqu’un qui fait appel aux service d’un calligraphe ou un concepteur bien connu...

L’auteur de Kashshaf al-quinaa (3/566) écrit: Un employépeut recevoir une commande en son nom comme la couture ou d’autres et la faire exécuter par un autre (prestataire de service) contre un prix inférieur àcelui qu’il réclame.  

Cheikh Ibn Outhaymine (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: « Si on demandait àquelqu’un de faire un travail lui-même en lui disant par exemple: nous voulons que tu nettoies cette maison chaque jour pour un salaire mensuel de 100 rials et si l’intéressérecrutait un agent pour faire le travail selon les termes du contrat mais en réduisant le salaire à50 rials, cela serait permis. C’est comme si nous disions qu’il est permis de recruter quelqu’un pour terminer un travail, quitte àpercevoir un salaire supérieur àcelui àrecevoir par celui qui a commencéle travail.

C’est ce que les gens font aujourd’hui. Par exemple , l’Etat signe un contrat avec une sociétépour assurer le nettoient des mosquées àraison de tant par mois pour chaque mosquée. Et puis la sociétéfait venir des travailleurs pour assurer l’exécution du contrat contre un salaire inférieur au quart de la somme exigée par la sociétéau Gouvernement.

Si toutefois, l’objectif du contrat varie selon l’agent exécutant. Si tel est le cas, la sous traitance ne serait pas permise. En voici un exemple: vous recrutez quelqu’un pour vous recopier zaad al-moustaqnaa (un ouvrage de référence du droit hanbalite). Vous savez que l’intéresséa une belle écriture et commet peu de faute. La personne que vous avez recrutée s’en remet àune autre qui a une belle écriture pour faire le travail contre un salaire inférieur. Dans ce cas, les ulémas disent que ce n’est pas permis. En effet, ce qui compte ici c’est la qualitéde la copie et non la seule beautéde l’écriture puisqu’il faut y ajouter la ponctuation, le placement des signes et la diction. Que d’excellents calligraphes qui, commettent des fautes d’orthographeet remplacent la lettre dhatpar la lettre zdaa dans le verset 7 de la Fatiha  Le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés Voilàune faute d’orthographe. Beaucoup d’étudiants possèdent une belle écriture mais ils ne maîtrisent pas les règles de l’orthographe . Bon nombre d’entre eux, au contraire, possèdent une écriture si médiocre que seuls ceux qui les connaissent peuvent la lire mais ils maîtrisent l’orthographe. Quoi qu’il en soit, l’important c’est la différence d’objectif qui exclut la possibilitéde substituer un agent àcelui qui a signéle contrait. »Extrait d’ach-char’a al-moumt’i (10/39)

Il y a encore une grande différence entre la vente d’une marchandise déterminée dont on ne dispose pas et la vente d’une autre bien spécifiéeàfournir. La dernière transaction s’appelle vente àterme. Elle est l’objet d’une exception àla règle qui interdit la vente d’un objet non disponible. Voir la réponse donnée àla question n° 184816

Votre question porte sur la prestation de service. Il vous est permis de présenter une offre portant sur la rédaction, la traduction , la conception, etc assortie d’un salaire et d’un travail déterminés et de recruter quelqu’un pour le faire, àmoins que le client n’insiste pour que vous le fassiez vous-même.

Allah le sait mieux.

Envoyer les observations