Vendredi 8 Rabii 1 1440 - 16 novembre 2018
Français

La crainte de la négligence fait qu'il hésite à aimer à rencontrer Allah

125618

date de publication : 31-12-2015

vues : 1407

question

Je sais que seuls les sages se souviennent en permanence de la mort. J'aime à rencontrer mon Maître mais ma crainte d'avoir sous estimé l'abandon de mes devoirs me fait hésiter à aimer cette rencontre. J'espère que vous me donnerez un conseil à cet égard?

texte de la réponse

Louanges à Allah

Notre conseil à cet égard est de faire la distinction entre deux types de crainte:

1.La peur d'Allah qui entraîne la crainte d'Allah dans toutes les actions en veillant à accomplir des actes d'obéissance , à l'abandon des interdits, à multiplier les pratiques cultuelles surérogatoires et à faire du bien envers les créatures. Cette crainte est louable et génératrice d'une récompense avec la permission d'Allah.

2. La crainte de rencontrer Allah suscitée par le désespoir de la miséricorde divine et par la peur de son châtiment sans que cela ne se reflète dans les actes et les mœursdu fidèle. Cette crainte est décrié et inutile. Bien plus, cela repose sur des obsessionsinspirées par Satan qui pousse les fidèles serviteurs d'Allah à désespérer de Sa miséricorde.

Cher frère,

Méditez pour savoir laquelle des deux craintes vous éprouvez.

Il est vrai que le musulman a reçu l'ordre de craindre Allah et d'avoir peur de Son châtiment, Il est tout aussi vrai qu'il aménage dans son cœur un grand espace pour l'espérance en Allah qui fait espérer Son pardon et Ses bienfaits, une espérance qui pousse à aspirer à la miséricorde divine et ne pousse pas à la paresse qui détourne de la bonne œuvre et fait glisserdans les interdits. Voilà des situations délicates que tout musulman doit apprendre et en tenir compte dans son traitement avec Allah.

D'après Djaber ibn Abdoullah al-Ansari (P.A.a) a dit:J'ai entendu le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) dire trois jours avant sa mort: qu'aucun d'entre vous ne meure si ce n'est en nourrissant une bonne opinion envers Allah le Puissant et le Majestueux. (Rapporté par Mouslim,2877).

La miséricorde d'Allah Très-haut est assez ample pour profiter à tous. Allah a plus de compassion pour nous que nos mères et nos fils. C'est ce qui fit dire à l'imam Soufiane ath-Thawri (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde: Je n'aimerais pas que l'examen de mon compte soir confié à mon père car mon Maître est meilleur pour moi que mon père.

An-Nawawi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit: «Selon les ulémas, avoir une bonne opinion d'Allah Très-haut consiste à croire qu'Il nous accordera Sa miséricorde et nous pardonnera. Ils disent: en cas de santé, on doit être à la fois animé de la crainte et de l'espérance. On dit: la crainte doit l'emporter. Quand les signes précurseurs de la morts font leur apparition, on doit privilégier l'espérance ou s'en contenter exclusivement. Car la peur vise à faire cesser les actes de désobéissance, les odieuses actions et à veiller à multiplier les actes d'obéissance et d'autres œuvres. Choses qui deviennent pour la plupart trop difficiles en cet état. D'où la recommandation de nourrir une bonne opinion, de montrer son besoin d'Allah Très-haut et de se soumettre à Lui. Ceci est corroboré par le hadith cité ci-après: Chaque fidèle sera ressuscité dans l'état où il se trouvait lors de sa mort. Voilà pourquoi Mouslim l'a cité après le premier hadith. Pour les ulémas, il signifie qu'on ressuscite le fidèle dans l'état qui était le sien au moment de sa mort. Un autre hadith cité après abonde dans le même sens: Puis ils seront ressuscités selon leurs intentions. Extrait de charh Mouslim (17/210).

L'imam al-Bokhari consacre dans son Sahih un chapitre intitulé: chapitre sur l'espérance doublée de la crainte. Dans son commentaire, al-Hafedz Ibn Hadjar (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit:« L'expression chapitre sur l'espérance doublée de la crainte indique qu'il est recommandé de réunir les deux. Envisager l'espérance ne doit pas nous détournerde la peur. Celle-ci non plus ne doit pas nous détourner de l'espérance. Car dans le premier cas, on tombe dans (l'excès d'assurance qui fait croire qu'on est à l'abri de) la 'Ruse' d'Allah alors que dans le second on se retrouve dans le désespoir. Or, l'un et l'autre sont décriés.

Par espérance, on entend inciter celui qui a commis une négligence à avoir une bonne opinion d'Allah et à espérer que son péché sera effacé. Il en est de même de celui qui accompli un acte d'obéissance et en espère l'agrément.

Quant à celui qui persiste dans la désobéissance tout en espérant qu'il ne répondra pas de ses actes et tout en les perpétuant sans regret, son comportement est aberrant. Qu'elle est belle cette parole d'Abou Outhmane al-Djizi:Relève des singes du bonheur le fait d'obéir (à Allah) tout en craignant que ses actes ne soient pas agréés. Relève des signes du malheur le fait de désobéir (à Allah) tout en espérant s'en sortir indemne.

Ibn Madja a rapporté par la voie d'Abdourrahman ibn Said ibn Wahb d'après son père qu'Aicha a dit:«J'ai dit:

-«O Messager d'Allah! Ceux qui font ce qu'ils font le cœur tremblant désignent-ils celui qui vole ou fornique?

-Non. Il s'agit de celui qui jeûne, fait une aumône, prie tout en craignant que ses actes ne soient pas agréés.

Ces recommandations s'appliquent à l'unanimité au cas de celui qui est en bonne santé. On dit: il vaut mieux qu'on éprouve plus de peur quand on est en bonne santé que quand on est malade. Des gens recommandent toutefois qu' à l'approche de la mort qu'on se contente de l'espérance car celle-ci implique le besoin d'Allah Très-haut. Il s'y ajoute la conséquence redoutée de l'abandon de la peur est exclu ici. Ce qui impose qu'on nourrit la bonne opinion à l'égard d'Allah qui fait espérer Son pardon. Ceci est corroboré par ce hadith: Qu'aucun d'entre vous ne meure si ce n'est en nourrissantune bonne opinion envers Allah. D'autres disent: Qu'on ne néglige jamais la peur au point de se croire sûrement à l'abri (du châtiment).

Cela est renforcé par ce hadith cité par at-Tirmidhi d'après Anas selon lequel: «Le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) se rendit au chevet d'un jeune à l'article de la mort et lui dit:

-Comment te trouves -tu?

-J'espère (la miséricorde ) d'Allah et crains à cause de mes péchés.

-Ces deux sentiments n'animent le cœur d'un fidèle en cet état sans qu'Allah lui ne réalise son espérance et le protège contre ce qu'il craint.

Peut-être al-Bokhari y a -t-il fait allusion dans l'intitulé du chapitre (sus indiqué). C'est ce qui explique que quand il s'est rendu compte que le hadith ne répond pas à ses critères d'authenticité, il en a cité le contenu même si son résumé est moins clair dans son expression du sens voulu.» Extrait de Fateh al-Bari (11/301).

Ibn al-Qayyim (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: La différence entre la bonne opinion (envers Allah) et l'excès de suffisance est claire. Si la bonne opinion pousse, incite et aide à œuvrer, elle est alors juste. Si elle favorise le désœuvrement et l'embourbementdans les péchés, elle est alors aberrante. Avoir une bonne opinion (en Allah) c'est nourrir de l'espérance. Celui que son espérance attire vers l'obéissance (à Allah) et éloigne de la désobéissance, est animé d'une espérance juste. Celui qui confond désœuvrement et espérancede sorte à identifiernégligemment celle-ci à celle-làbaigne dans l'excès de suffisance. Extrait d'al-Djawab al-kaafi,p. 24.

Cheikh Abdoul Aziz ibn Baz (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a été interrogé en ces termes: Le croyant doit il se débarrasser de la peur de la mort? Si tel était le cas, cela signifie-t-il l'absence du désir de rencontrer Allah?»

Voici sa réponse:« Le croyant et la croyante doivent craindre Allah le Transcendant et espérer en Lui car Allah le Transcendant dit dans Son livre incommensurable: Ne les craignez donc pas ! Mais craignez-Moi, si vous êtes de vrais croyants ! (Coran,3:175) Le Puissant et Majestueux dit encore: Ne redoutez donc pas les hommes, mais redoutez-Moi ! (Coran,;5:44) Le transcendant dit: Redoutez Ma colère ! (Coran,2:40) Le Puissant et Majestueux dit: Tandis que ceux qui ont cru, qui ont émigré et qui ont combattu pour la Cause de Dieu, ceux-là peuvent espérer en Sa miséricorde, car Il est Clément et Miséricordieux. (Coran,2:218) Le puissant et Majestueux dit enfin:« Dis : Je ne suis qu’un être humain comme vous. Il m’a été révélé que votre Dieu est un Dieu Unique. Que celui qui espère donc rencontrer son Seigneur accomplisse de bonnes actions et Lui voue son adoration sans jamais Lui associer personne !(Coran,18:110) entre autres nombreux versets.

Il n'est permis ni à un croyant ni à une croyante de désespérer de la miséricorde d'Allah ni de se croire à l'abri de Sa ruse. A ce propos, Allah le Transcendant dit:« Dis : Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez point de la miséricorde divine ! En vérité, Dieu absout tous les péchés, car Il est le Clément et le Compatissant. (Coran,39;53) Le Très-haut dit: Ô mes enfants ! Allez vous enquérir de Joseph et de son frère, et ne désespérez point de la miséricorde de Dieu, car seuls les négateurs désespèrent de la bonté divine ! (Coran,12:87) . Le Puissant et Majestueux dit: Se sentaient-ils à l’abri des ripostes divines? Or, seuls les perdants croient échapper à la rigueur du Seigneur. (Coran,7:99).

Tous les musulmans , hommes et femmes, doivent se préparer à la mort et éviter de la perdre de vue, compte tenu des versets précédents mais aussi compte tenude ce hadith reçu du Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui): Souvenez vous fréquemment de celui qui détruit les plaisirs. (la mort). C'est parce que l'indifférence et la non préparation de la mort sont des causes de la mauvaise fin.

Il est rapporté de façon sûre qu'Aicha (P.A.a) a dit que le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit: Allah aime rencontrer celui qui aime à Le rencontrer. Il déteste la rencontre de celui qui déteste Le rencontrer. J'ai dis:

-Ô Prophète d'Allah! S'agit-il de détester la mort? Nous détestons tous la mort.

-Ce n'est pas comme ça. Quand on apporte au croyant la bonne nouvelle de la miséricorde d'Allah, Son agrément et Son paradis, Allah aime à le rencontrer. Quant au mécréant, si on lui apporte lamauvaise nouvelle du châtiment d'Allah et Sa colère, il détestera Le rencontrer , Allah détestera le rencontrer. (Rapporté par al-Bokhari et Mouslim)

Ce hadith indique que la détestation et la peur de la mort ne représentent aucun inconvénient. Cela ne signifie pas qu'on ne désire pas rencontrer Allah. Il en est de même de la croyante qui a peur de la mort et craint son avènement, car elle n'éprouve ce sentiment que dans l'espoir de pouvoir accomplir plus d'actes d'obéissance en vue de préparer Sa rencontre avec son Maître.» Extrait des fatwaa de cheikh Ibn Baz (6/313).

La réponse se résume en ceci: si la peur d'Allah et lacraintede Sa rencontre résultent de la négligence de Ses droits, cela ne fait l'objet d'aucun inconvénient. Au contraire, c'est louable. Il convient que ce sentimentnous pousse à la préparation de ce jour là grâce à une bonne œuvre, au repentir et à l'abandon des péchés.

Pour en savoir davantage, voir la réponse donnée à la question n° 100451.

Allah le sait mieux.

Envoyer les observations