Mercredi 19 Muharram 1441 - 18 septembre 2019
Français

La récompense de la prière marquant les Deux Fêtes

question

Comment rétribue-t-on la célébration de la prière marquant les Deux fêtes?

texte de la réponse

Louange à Allah

Allah le Très-haut a promis une généreuse récompense ici-bas comme dans l’au-delà à tout croyant auteur d’une bonne oeuvre. C’est dans ce sens qu’Il dit: « Quiconque , mâle ou femelle, fait une bonne oeuvre tout en étant croyant, Nous luirons vivre une bonne vie. Et Nous le récompenserons, certes , en fonction de leurs meilleures actions.» (Coran,16:97)

A son tour, le Messager (Bénédiction et salut soient sur lui) a promis l’admission au paradis à toute personne qui lui obéit car il a dit: «Celui qui m’obéit entrera au paradis. » (Rapporté par al-Boukhari,7280).

Cela concerne une récompense générale que peuvent générer tous les actes de dévotion. Ce qui n’empêche qu’Allah le Très-haut réserve une rétribution particulière à des oeuvres auxquelles Il porte une plus grande attention puisqu’Il multiplie leur valeur , leur confère une vertu expiatoire et les rend aptes à protéger leurs auteurs de l’enfer, etc.

Nous ne sachions pas que la prière marquant la Fête soit l’objet d’un mérite particulier  ou d’une récompense spécifique. Elle reste régie par les textes généraux sus-indiqués et d’autres.

La prière marquant la fête du rupture du jeûne est concernée par la portée générale de la bonne nouvelle relative à la réussite ainsi évoquée dans cette parole du Très-haut: « Réussit, certes, celui qui se purifie et se rappelle le nom de son Seigneur.» (Coran, 87 : 14-15)

Cheikh Abdourrahman Saadi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit: « Réussit, certes, celui qui se purifie» (87/14) signifie: celui qui aura purifié son âme pour l’avoir débarrassée du polythéisme, de l’injustice et des mauvaises meurs sera l’heureux gagnant. Expliquer l’expression : « s’est purifié… » en disant qu’elle  renvoie à la zakat à payer lors de la rupture du jeûne et l’expression « puis célèbre la  prière » en disant qu’il s’agit de la prière marquant la fête du jour, est une explication réductrice qui ne recouvre pas le sens global du verset. » Extrait du Tafsir de Saadi (p.921)

La prière marquant la fête du Sacrifice a lieu dans l’un des dix premiers jours de Dhoul-Hidjdjah, des jours particulièrement vertueux, voire les meilleurs de l’année. Sous ce rapport, Ibn Abbas a rapporté que le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit:

-    « Aucune oeuvre n’est plus méritante que celle accomplie en ces jours-ci. »

-    « Même le djihad ? »

-    Même le djihad, à moins qu’il ne s’agisse de celui mené par un homme qui s’y lance au risque de sa vie et de ses biens et ne rentre pas. » (Rapporté par al-Boukhari, 969).

D’après Abdoullah ibn Qourt, le Prophète (Bénédictin et salut soient sur lui) a dit: « Le meilleur des jours pour Allah le Très-haut le Bénit reste le jour du Sacrifice suivi du lendemain dit yawmal qurr.» (Rapporté par Abou Dawoud, 1765 et jugé authentique par al-Albani dans Sahihou sunani Abi Dawoud (14/6)

Allah le sait mieux.

 

Envoyer les observations