Jeudi 3 Radjab 1441 - 27 février 2020
Français

Comment faire de sorte à ressentir qu’Allah nous parle quand nous lisons le Coran?

Question

Les ulémas disent que le lecteur du Coran doit  ressentir  qu’Allah lui parle à travers chaque verset lu..Mais, nos cheikh, comment pourrais-je ressentir qu’Allah s’adresse à moi quand il parle aux mécréants, aux polythéistes , à ceux qui ont démenti et à d’autres alors que moi je suis un musulman , croyant à l’au-delà? Puisse Allah vous bénir.

Texte de la réponse

Louanges à Allah

Le fait pour le fidèle de ressentir qu’Allah lui parle à travers le Coran résulte de la bonne écoute du Coran, de la bonne méditation et de la bonne pratique. Le musulman croit qu’Allah s’adresse à Ses fidèles serviteurs dans le Coran, leur ordonne (des choses ) et leur interdit (d’autres) et vise parfois un groupe et généralise ailleurs. Quand Il s’adresse spécifiquement aux croyants , le musulman se penche sur cette partie du discours et dit : nous avons entendu et nous obéissons. Ibn Massoud (P.A.a) a dit: « Quand tu entends Allah dire:  O vous qui croyez … , il s’agit , soit d’un bien qu’Il ordonne , soit d’un mal qu’Il interdit. » Tafsir d’Ibn Kathir (1/374).

Quand Allah s’adresse au musulman, celui-ci se sent concerné. Si le discours porte sur un ordre, il l’exécute. S’il véhicule une interdiction , il s’y conforme. S’il s’agit d’un sermon, il en tient compte. Le fidèle conçoit tout le Coran comme un discours qu’Allah lui adresse. Le contenu varie au fur et à mesure qu’il lit le Coran. Quand l’obéissance est mentionnée, il retient qu’Allah lui donne l’ordre d’obéir. Quand la désobéissance est évoqué, il comprend qu’Allah lui demande de l’éviter . Quand le Coran parle des partisans de la foi, il saisit qu’on lui demande de prendre parti pour eux et de les aimer. Quand les mécréants et les hypocrites sont passés en revue, il en déduit qu’Allah veut qu’on nourrisse de la haine et de l’hostilité envers eux. Quand on évoque Satan, il saisit du discours qu’Allah lui donne l’ordre de prendre Satan pour ennemi, de le contrarier et de ne pas le suivre et de rester loyal envers Allah. Sous ce rapport, le Très-haut dit:  Ne vous ai-Je pas engagés, enfants d’Adam, à ne pas adorer le Diable? Car il est vraiment pour vous un ennemi déclaré, et [ne vous ai-Je pas engagés] à M’adorer? Voilà un chemin bien droit.   (Coran,36:60-61). Quand on parle de la véracité et des véridique, il en déduit qu’on l’incite à en faire parti. Quand on parle du mensonge et des menteurs, il en retient qu’il doit oeuvrer pour s’écarter d’eux.

L’imam, Abou Baker al-Adjerri (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit: «  ensuite Allah le Puissant et Majestueux a certes exhorté Ses créatures à bien méditer sur le Coran. C’est dans ce sens qu’il dit:  Ne méditent-ils pas sur le Coran? Ou y a-t-il des cadenas sur leurs cœurs?   (Coran,47:24) et : Ne méditent-ils donc pas sur le Coran? S’il provenait d’un autre qu’Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions!   (Coran,4:82)

Muhammad ibn al-Housseyn al-Aderri a dit: « Puisse Allah vous accorder Sa miséricorde! Ne voyez vous pas comment votre généreux Maître  exhorte Ses créatures à méditer Sa parole. Celui qui médite Sa parole connait le Maître Puissant et Majestueux, et connait la grandeur de Son pouvoir et Sa puissance et l’ampleur de la grâce accordée aux croyants.Il connait encore Ses prescriptions allant dans le sens de Son adoration et les applique, et évite ce dont son Maitre le met en garde et désire ce qu’on lui recommande de  désirer.

Celui qui interagit de la sorte au moment de lire et d’écouter lire le Coran, ce dernier lui servira de remède , l’enrichira même s’il ne possède pas de biens, le rendra puissant même s’il n’a pas de clan, le console là où d’autres ne se sentent pas à l’aise. Quand il se met à lire le Coran, il se pose la question: quand je m’imprègnerai de ses sermons? Il ne se demande pas : quand je vais terminer la sourate (commencée)  mais il se soucie de ce qu’il peut retenir du discours et sa capacité à s’y conformer.La lecture du Coran est un acte d’adoration et celle-ci ne se fait pas dans l’insouciance. Allah est le garant de l’assistance. » Extrait de min akhlaaq hamalatil Qour’an. (3) Voilà comment doit être l’état de celui qui lit le livre d’Allah.

Allah le Très-haut le sait mieux.

Envoyer les observations