Mercredi 17 Ramadan 1440 - 22 mai 2019
Français

Qui est al-Halladj?

question

Qui est Mansour al-Halladj? Quelle est sa place dans l’histoire de l’islam?

texte de la réponse

Louanges à Allah

Al-Halladj , de son vrai nom al-Houssein ibn Mansour , surnommé Abou Moughith pour les uns, et Abou Abdoullah, pour les autres , a grandi à Wassit, selon les uns , et à Tastur , selon d’autres. Il s’est joint à un groupe de soufi parmi lesquels figuraient Sahel at-Tastur, al-Djounayd et Abou Hasan an-Nouri et d’autres. Il effectua des voyages dans de nombreuses contrés comme La Mecque, le Khourassan et l’Inde. C’est là qu’il s’initia à la magie avant de s’installer à Bagdad où il fut tué en l’an 309  de l’hégire à cause de son infidélité et son athéisme  affirmés par certains puis confirmés par lui-même.

Il apprit la magie en Inde et était maître dans l’art du stratagème et de la ruse. Ce qui lui permit de tromper un grand nombre d’ignorants et de les attirer à sa personne au point de leur faire croire qu’il était l’un des grands alliés d’Allah.

Il est bien apprécié par les orientalistes qui le présentent comme une victime innocente. Cette appréciation est due à la similitude de ses croyances avec le credo des chrétiens dont il employait le langage comme nous le verrons plus bas.

Tous les ulémas contemporains approuvèrent unanimement son  exécution à cause de l’infidélité dont il fut accusé. Voici des extraits de ses propos:

1.     Il s’est déclaré prophète puis il s’est promu au point de proclamer qu’il était Allah.Il disait : « Je suis Allah. » Il donna à sa belle fille l’ordre de se prosterner devant lui! Quant celle-ci lui demanda si on pouvait se prosterner devant un autre qu’Allah, il répondit « Il y a un dieu dans le ciel et un dieu sur terre. »

2.     Il professait la fusion et l’union. C’est-à-dire qu’Allah s’est fusionné en lui et que leurs deux entités étaient devenues une seule.Qu’Allah transcende cela! Voilà qui explique sa popularité au sein des orientalistes et des chrétiens. Il les rejoint sur la fusion car eux aussi disent que  Jésus s’est fusionné avec Allah le Très-haut. C’est à ce titre qu’Al-Halladj parle de divinité et humanité à l’instar des chrétiens. On lit dans ses poèmes:

Gloire à celui dont lhumanité a trahi le secret de son éclatante divinité  Il sest incarné dans sa création sous limage dune personne qui mange et boit

Quand Ibn Khafif entendit ces vers, il dit : puisse Allah maudire l’auteur de tels propos. On lui dit : c’est un poème d’al-Halladj. Il dit : si c’est ce qu’il croit, il est un infidèle.

3.     Ayant entendu quelqu’un lire un verset du Coran, il dit : « je peux faire une oeuvre meilleure! »

4.     On lit encore dans ses poèmes:

«  Les créatures ont développé à propos de la divinité des croyances  et moi jen incarne la totalité »

Ces propos impliquent qu’il adopte et adhère à toutes les croyances  répandues au sein des communautés humaines égarées et véhiculent une contradiction qu’aucun esprit sain ne saurait accepter. En effet comment concilier la foi en l’unicité absolue de dieu et la polythéisme?

5.     Il a proféré des paroles qui détruisent les piliers de l’islam et ses grands fondements que sont la prière , la zakat, le jeûne et le pèlerinage.

6.     Il prétendait que les âmes des prophètes s’étaient réincarnées dans les corps de ses compagnons et disciples. Il disait à l’un d’entre eux: toi, tu es Nos , et à un autre : toi, tu es Moise et à un troisième: toi, tu es Muhammad!

7.     Quand on l’amena là où il devait être exécuté, il dit à ses compagnons : ne soyez pas effrayés car je reviendrai vers vous au bout de  trente ans.  Ce qu’il ne fit pas.

C’est à cause de ces propos et d’autres que tous les ulémas de son époque l’ont considéré comme mécréant et athée. Ce qui explique son exécution à Bagdad en 309. La plupart des soufis, notamment al-Djounyd, l’avaient désavoué et exclu qu’il fût des leurs. Abou Qassim al-Qouchayri ne l’a pas mentionné dans son traité où il mentionne un grand nombre des maîtres soufis.

C’est le cadi malikite, Abou Omar Muhammad ibn Youssouf, (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde)  qui a veillé à la tenue de son procès et fait délivrer le jugement prononçant la peine de mort qu’il méritait. Ibn Kathir rendit hommage à ce cadi en ces termes: « L’un de ces jugements les plus importants et les plus justes reste celui qui entraîna l’exécution de Hussein ibn Mansour al-Halladj. » Voir al-Bidayah wan-nihayah (11/172).

Cheikh al-islam Ibn Taymiyyah (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit: « Celui qui partage les croyances et propos pour les quels al-Haladj a été tué est un mécréant parce qu’apostat à l’avis unanime des musulmans. Ceux-ci l’ont tué à cause de son adhésion à la fusion et à l’union entre autres thèses développées par les athées. Il s’agit de ses propos : « Je suis Allah » « Il y a un dieu au ciel et un dieu sur terre. »

Al-Halladj accomplissait des prodiges et différentes sortes d’opérations magiques. On lui attribue des ouvrages traitant de la magie. En somme, toute la  Umma est d’avis que celui qui professe la infusion d’Allah dans l’humain et son union avec lui ou que l’humain peut s’identifier avec le divin pour former une seule entité est un mécréant dont on peut verser légalement le sang. C’est sur cette base qu’al-Haladj fut exécuté. Voir Madjmou al-fataawaa (2/480)

Il dit encore : « Nous ne sachions pas qu’un seul parmi les imams des musulmans, ulémas et cheikhs confondus, ait dit du bien d’al-Halldadj. Toutefois , certains émettent des réserves à son propos car il ne le connaissent pas. » Voir Madjmou al-fataawaa (2/483) Pour en savoir davantage, se référer à Tarikhou Bagdad par al-Khatib (8/112-141); al-Mountazhim par Ibn al-Djawzi (13/201-206); Siyar aalaam an-Noubalaa par adz-Dhahabi (14/313-354); al-Bidayah wan-Nihayah par Ibn Kathir (11/132-144)Allah est Celui qui guide sur la bonne voie.

 

Source: Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

Envoyer les observations