Dimanche 18 Rabii 1 1443 - 24 octobre 2021
Français

Comment les Ancêtres Pieux avaient-ils pu jouir d’une foi si solide?

Question

La solidité de la foi dont les Ancêtres Pieux  avaient pu jouir ne cesse de m’étonner. Quand j’apprend les prodiges qui s’accomplirent autour d’eux je m’étonne qu’ils aient pu atteindre un tel rang. Comment purent-ils exclure les préoccupations mondaines de leurs coeurs?

Texte de la réponse

Louange à Allah.

Vous  avez posé une importante question qui n’en est pas moins facile à examiner par celui auquel Allah la lui facilite. Parler des conditions que les Ancêtres Pieux s’étaient imposés afin de parvenir aux hauts rangs de la foi est un sujet aux ramifications tentaculaires qui pourrait remplir des ouvrages de nombreux volumes. Cependant, ses multiples aspects peuvent être ramenés à deux choses fondamentales qui constituent le socle de toute la pratique des Ancêtres Pieux. Celui qui se les impose est en droit d’espérer s’assimiler à eux et être intégré dans leur groupe. Nous demandons à Allah de nous faciliter les deux choses en questions et de nous y raffermir , vous et vous , jusqu’à ce que nous Le rencontrerions satisfait de nous tous.

Voici les deux choses.

La première consiste à veiller patiemment à appliquer l’enseignent du Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) car Allah le Très-haut a soumis l’atteinte d’un haut rang auprès de Lui à la condition d’appliquer l’enseignement du Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui). C’est dans ce sens qu’Il dit: «Dis: « Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » (Coran,3:31)

Cheikh al-islam, Ibn Taymiyyah (Puisse Allah le Très-haut lui accorder Sa miséricorde) écrit: « Allah le Transcendant nous a donné l’ordre de suivre et d’obéir avec amour et loyauté le Messager au point qu’Allah et Son Messager nous soient plus aimés que tout autre. Il nous a garanti à ce prix la jouissance de l’amour d’Allah et l’accès à l’honneur qu’Il confère. A cet égard, Il dit: « « Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.» (Coran,3:31) et : « Dis: « si vous lui obéissez, vous serez bien guidés. » Et il n'incombe au Messager que de transmettre explicitement (son message).» (Coran,24:54) et dit: « Et quiconque obéit à Allah et à Son messager, Il le fera entrer dans les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Et voilà la grande réussite.» (Coran,4:13) Ces exemples sont nombreux dans le Coran.

Il ne convient pas de s’écarter de la Sunna et des prescriptions de la Charia qui figurent dans le Livre et la Sunna et vécues par les Ancêtres Pieux. » Extrait du Recueil des fatwaa (1/334)

Il est inconcevable de pouvoir suivre l’enseignement du Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) avant de l’avoir appris et maîtrisé. Le premier pas à franchir dans le sens  de l’application de la Charia consiste à l’apprendre  avec patience dans ses sources authentiques.

D’après Houmayd ibn Abdourrahman, Mouawia dit dans un de ses sermons : « J’ai entendu le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui ) dire: Allah instruit en religion celui dont Il veut du bien. » (rapporté par al-Boukhari,71 et par Mouslim,1037)

Selon Outhman (Puisse Allah l’agréer), le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit: «Le meilleur d’entre vous est celui  qui apprend le Coran et l’enseigne. » (Rapporté par al-Boukhari, 5027)

Cheikh al-islam, Ibn Taymiyyah, (Puisse Allah le Très-haut lui accorder Sa miséricorde) écrit: « Ce hadith s’applique  à l’enseignement des lettres et des sens du Coran. L’apprentissage des sens l’emporte même sur celui des lettres car c’est ce qui entraîne le croissance de la foi. » Extrait du Recueil des Fatwaa (13/403).

L’approche des Ancêtres Pieux  reposait sur la persévérance dans l’apprentissage de l’enseignement du Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) et son application assidue.

Ibn Massoud a dit: « Quand l’un d’entre nous avait appris dix versets , il ne les dépassait avant d’en connaître le sens et de les appliquer. » (Rapporté par at-Tabari dans son Tafsir (1/74)

Ibn Omar (Puisse Allah l’agréer ) dit: « Nous avions mené une partie de notre vie à une époque où le plus jeune d’entre nous recevait la foi avant d’être initié au Coran. Quand une sourate était révélée à Muhammad (Bénédiction et salut soient sur lui) on en apprenait le licite et l’illicite en plus  des endroits qui méritaient une pause , comme vous apprenez le Coran. » Plus loin, il ajoute: j’ai ensuite vu des hommes dont l’un apprenait le Coran du début à la fin sans en comprendre ni les ordres ni les avertissements  ni les endroits qui méritaient une pause puisqu’il éparpillait tout comme on balance des dettes sèches.»  (Rapporté par al-Hakim dans al-Moustadrak (1/35) et apprécié (en ces termes) : « ce hadith est authentique selon les critères des Deux Cheikhs et je ne lui connais aucun défaut.»Avis partagé par adh-dhahabi.

Abou Abdourrahman as-Soulami rapporte: «Les compagnons du prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) qui nous ont appris le Coran nous ont raconté que quand ils l’apprenaient auprès du Messager d’Allah, ils recevaient un groupe de dix versets et ne passaient pas aux dix versets suivants avant de maitriser le savoir qu’ils contenaient et la pratique qui en découlait. Aussi avions-nous appris le savoir avant de passer à l’action, disaient ils. » (Rapporté par l’imam Ahmad dans al-Mousnad (38/466) et jugé bon par les réviseurs du Mousnad.

La deuxième chose (à savoir ) est que les ancêtres pieux suivaient le Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui) avec une sincérité qui bannit toute fausse intention et avec un degré de certitude qui exclut le doute.Chaque fois qu’ils recevaient un enseignement du Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui), ils s’armaient d’une intention réelle et y adhéraient avec une certitude inébranlable. Quand ils appliquaient leur savoir, ils le faisaient avec sincérité et s’évertuaient à se débarrasser de l’hypocrisie inhérente au fait de viser un objectif mondain à travers l’acquisition des connaissances religieuse et leur mise en pratique. Ils se conformaient à la parole du Très-Haut : « Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et soyez avec les véridiques. (Coran,9:119)

Cheikh Abdourrahman as-Saadi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit: « Soyez avec les véridiques » dans leurs paroles, actes et états (soyez donc avec) ceux dont les propos sont vrais et dont les actes et états ne peuvent que l’être parce que débarrassés de paresse, de torpeur et de mauvais desseins; et parés de sincérité et de bonne intention. En vérité, la véracité conduit à la piété et celle-ci au paradis. Allah le Très-haut a dit: «Allah dira: « Voilà le jour où leur véracité va profiter aux véridiques: ils auront des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement.» Allah les a agréés et eux L'ont agréé. Voilà l'énorme succès. » (Coran,5:119) Extrait du Tafsir de Saadi, p.355.

Ibn Radjab (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit: « Les mérités ne résultent pas de la quantité des actes mais de la sincérité des acteurs envers Allah le Puissant et Majestueux, et de leur conformité à la Sunna et l’importance des connaissances profondes et des oeuvres qui en découlent. Celui qui connait Allah le mieux et  donc possède la meilleure maîtrise de Sa religion, de Sa loi et ses dispositions; celui qui Le craint le plus, L’aime le plus  et espère en Lui, surpasse tout autre qui n’est pas comme lui, même si celui-ci accomplissait plus d’actes que lui. » Voilà qui a fait dire à l’un des Ancêtres Pieux  qu’Abou Baker ne s’était pas distingué des autres par la fréquence de ses prières et de son jeune mais plutôt par la solidité de sa foi.

Quand Abou Soulayman a entendu évoquer la longévité des Fils d’Israel et l’ardeur qui marquait leurs actions et l’envie que cela suscitait auprès de certains, il aurait dit: « Allah ne veut de vous que la sincérité de votre intention à Son égard. »

Ibn Massoud a dit à ses compagnons: « Vous pratiquez plus de prières et de jeune que les compagnons de Muhammad (Bénédiction et salut soient sur lui) mais ils sont meilleurs que vous. »- « Pourquoi? »- « Parce qu’ils étaient plus renoncés aux biens mondains et plus désireux de l’au-delà que vous. » Extrait de Madjmou ar-Rassail d’Ibn Radjab (4/412-413)

En somme, le chemin qui mène vers les hauts rangs de la foi qu’occupaient les Ancêtres Pieux (Puisse Allah les agréer) passe nécessairement par la persévérance dans l’apprentissage de l’enseignent du Prophète (Bénédiction et salut soient sur lui), dans l’exécution de ses ordres et l’abandon de ses interdits, tout en faisant preuve de véracité, de sincérité , de renoncement aux clinquants d’ici-bas et du désir des choses de l’au-delà. Tout cela se résume dans la manifestation de l’extrême humilité devant Allah le Très-haut, dans la constante et persévérante recherche de la Guidance. En vérité, tout est dans la main d’Allah le Très-haut.

Le fidèle doit viser les heures de l’exaucement (des invocations) notamment le dernier tiers de la nuit parce que les Ancêtres Pieux le faisaient. Ibn Chihab az-Zouhri a rapporté d’al-Agharr et d’Abou Salamah fils d’Abdourrahman d’après Abou Hourayrah que le Messager d’Allah (Bénédiction et salut soient sur lui ) a dit: « Notre Maître dont le Nom est béni descend dans le dernier tiers de chaque nuit au ciel le plus bas et dit: « Qui est celui qui M’invoque pour que Je lui réponde? Qui est celui qui Me demande pour que Je lui donne? Qui est celui qui sollicite Mon pardon pour que Je le lui accorde? ».. et ce jusqu’a l’aube. C’est la raison pour laquelle ils  (les Ancêtres Pieux) préféraient situer leurs prières nocturnes à la fin de la nuit au lieu de les faire à son début. » (Rapporté par l’imam Ahmad dans al-Mousnad (13/35) et jugé authentique par al-Albani dans Irwaa al-Ghalil (2/196)

Allah le sait mieux

Source: Islam Q&A